The Lords of Salem : Rob Zombie et les sorcières

de le 04/10/2012
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Après la relative déconvenue de son Halloween II et son film d’animation The Haunted World of El Superbeasto, Rob Zombie revient enfin avec The Lords of Salem, film fantastique et ésotérique dans lequel il change complètement de registre, quelque part entre le cinéma gothique, l’épouvante rigoureuse de Kubrick et les compositions picturales de Mario Bava et Dario Argento.

Parmi les nouveaux noms apparus dans le cinéma de genre ces dix dernières années, celui de Rob Zombie est un cas un peu à part. L’ancien leader du groupe de métal White Zombie parti dans une carrière solo à la fin des années 90 est un cinéphile averti en matière de cinéma de genre à tendance horrifique et un amoureux de la mise en scène comme il le prouva très tôt en réalisant lui-même les clips de ses morceaux. La première onde de choc arrive en 2003 avec La maison des 1000 morts, longtemps inédit en France malgré sa réputation plus que flatteuse aux USA. Un film bariolé et nourri d’influences diverses, complètement décomplexé et ressemblant à un de ses clips étiré en long métrage. Mais c’est en 2005 avec The Devil’s Rejects qu’il s’impose comme un maillon essentiel, avec un film assez incroyable, d’une violence inouïe et renvoyant directement à ce que les années 70 produisaient de plus libre et subversif. Après deux expériences plus ou moins heureuses sur la saga Halloween, projets sur lesquels il était loin d’être le maître à bord (il faut voir Halloween dans sa version director’s cut), il a même fini par jeter l’éponge concernant sa nouvelle version du Blob par peur d’être à nouveau comparé à l’original et pour ne surtout pas tomber dans la spirale de remakes qui avale le cinéma d’horreur.

Son prochain film sera donc The Lords of Salem, un projet de la plus haute importance pour sa carrière, mais également pour la société de production derrière. En effet il s’agit d’un des projets de l’équipe Jason Blum, Steven Schneider et Oren Peli qui inscrivent leur approche dans une dynamique cherchant à renouveler le fantastique et l’horreur à travers des films tels qu’Insidious, Sinister, The Bay ou ces Lords of Salem. Et le tout avec des budgets souvent ridicules. The Lords of Salem est annoncé à 1.5 millions de dollars, une paille. C’est pour Rob Zombie l’occasion d’aborder un sujet finalement peu traité au cinéma et qui fait partie des grands récits américains : le procès des sorcières de Salem en 1692 et les légendes qui accompagnent les suites de l’exécution de 25 des accusés.

Rob Zombie a situé son film dans un univers contemporain en supposant que quatre des personnes exécutées au XVIIème siècle étaient de véritables sorcières ayant juré de se venger. The Lords of Salem met en scène une animatrice radio qui reçoit un étrange disque et vit une expérience bizarre lors de sa diffusion. Un « cadeau des lords » qui devient un véritable phénomène jusqu’à l’organisation d’un concert géant annoncé à Salem. Un concert qui ne va pas tout à fait se dérouler comme prévu…

Présenté au TIFF où il a reçu un accueil plutôt bon, le film vient de trouver un distributeur pour une exploitation au printemps 2013 aux USA. Et si le thème marque déjà un changement radical, les images de la première bande-annonce diffusée il y a quelques heures par Deadline confirment une évolution colossale chez Rob Zombie. La rigueur absolue des cadres aux perspectives très kubrickiennes, les jeux de couleurs entre Bava et Argento, des mouvements très posés et la présence de Meliès, autant d’éléments assez inattendus mais finalement logiques quand on s’intéresse au discours de Rob Zombie qui souhaite que les films d’horreur reviennent à un tempo qui permette une immersion et une sensation d’effroi plus globale et finalement plus efficace que de vulgaires effets ponctuels. le réalisateur a tendance à citer L’exorciste et Shining, on comprend mieux pourquoi à la vision de ce beau trailer sur fond de Requiem.

Bien entendu, Rob Zombie n’a rien perdu de son goût pour les castings détonants et The Lords of Salem réunit Sheri Moon Zombie, Bruce Davison, Jeff Daniel Phillips, Ken Foree, Patricia Quinn, Dee Wallace et Judy Geeson. C’est John 5, guitariste de Rob Zombie qui a signé la bande originale du film, et Brandon Trost, directeur de la photographie attitré de Mark Neveldine et Brian Taylor, qui avait déjà éclairé Halloween II, qui est chargé de l’image.