Spider-Man et Captain America : Andrew Garfield et Chris Evans en costume

de le 14/01/2011
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Les franchises Marvel sont à la fête, et alors que Thor a bien lancé sa grosse campagne promo qui n’a pour l’instant rien enlevé aux craintes que l’on peut avoir (Kenneth Branagh n’est PAS un réalisateur de cinéma, il faudrait qu’ils se rentrent ça dans le crâne à Hollywood), voilà que ce dévoilent deux des plus grosses attentes… ou pas.

La première c’est le reboot de Spider-Man par Marc Webb, réalisateur du gentillet (500) Jours ensemble. Dès l’annonce du projet on a tremblé. Marc Webb pour remplacer le grand Sam Raimi? Une putain d’hérésie! C’est un peu comme si Marc Esposito reprenait les rênes d’une franchise lancée par Wong Kar Wai, un truc improbable. Remplacer un pur talent par un honnête artisan, à croire que Marvel souhaite enterrer prématurément sa franchise la plus lucrative! Dans le rôle de Peter Parker c’est le très bon Andrew Garfield qui remplace Tobey Maguire, et c’est sans doute la seule bonne nouvelle de ce non-évènement. Quoi qu’il en soit Columbia vient de dévoiler la toute première image de l’homme-araignée en costume, mais sans son masque. Premier constat : l’image a de la gueule, et si le film possède une esthétique aussi soignée nous devrons faire notre mea culpa. Deuxième constat Andrew Garfield ressemble étrangement à une crevette anorexique, et ça c’est moins cool. À suivre donc…

Le second mis en avant c’est Captain America, The First Avenger. Il ne s’agit pas de la première image du super-soldat mais cette fois grâce à Entertainment Weekly on peut le voir dans son costume à peu près complet et là aussi il a plutôt de la gueule. Chris Evans a pris du muscle et il y a clairement à l’image un choix de donner un look old school à l’ensemble pour ne pas tomber dans le ridicule. Rien d’exceptionnel non plus cela dit, et comme pour Spider-Man il serait peu judicieux de poser un quelconque jugement sur de simples photos. Attendons donc une première bande annonce pour voir le personnage en mouvement, mais ici on fait confiance à Joe Johnston, un des rares entertainers à savoir faire du cinéma, qui a réussi à réunir un sacré casting pour une des adaptations parmi les plus risquées finalement.

Qu’en pensez-vous?