Red Dawn : les louveteaux

de le 10/08/2012
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Si L’aube rouge de John Milius se traine depuis les années 80 la drôle d’étiquette de nanar réac, ce serait oublier à quel point, au-delà de ses opinions politiques revendiquées, le réalisateur à l’origine de certains des plus grands films des années 70/80 (scénariste d’Apocalypse Now et Jeremiah Johnson, réalisateur de Conan le barbare et Le Lion et le vent…) a surtout livré un film assez brillant qu’il faudra réhabiliter un jour. Ce sera peut-être grâce à la catastrophe annoncée de ce remake qui va enfin sortir après avoir passé quelques années dans les tiroirs de la MGM. Le film a été repoussé pour diverses raisons dont les principales sont la faillite du géant hollywoodien, mais surtout une vilaine polémique avec la Chine.

En effet, le scénario original mettait en scène une invasion chinoise du sol américain (dans le film original, en pleine guerre froide, c’était l’ennemi naturel russe qui envahissait les USA) sauf que pour ne pas blesser le géant asiatique, les chinois se sont transformés en nord-coréens par la magie des effets numériques. Forcément, c’est tout de suite moins polémique, mais c’est également un brin grotesque. Tout aussi grotesque qu’une invasion de l’Amérique avec transport de troupes dans un environnement post-11 septembre. On n’en a rien vu mais L’aube rouge version 2012, ne serait-ce que sur le papier, a déjà tout d’un film grotesque.

Le plus amusant dans tout ça réside dans le nouveau casting composé. En 1984 la jeune génération c’était Patrick Swaize et Charlie Sheen, aujourd’hui c’est Chris Hemsworth et Josh Hutcherson. Pas de quoi s’exciter, aucune véritable gueule de cinéma à l’appel mis à part Jeffrey Dean Morgan qui reste un acteur aux compositions très aléatoires. C’est mis en scène par Dan Bradley, réalisateur de seconde équipe sur tout un tas de films dont Spider-Man 2, Superman Returns, Green Zone ou Mission: Impossible – Protocole fantôme, soit pas n’importe qui. Il est entouré d’une équipe plutôt spectaculaire avec Mitchell Amundsen à la photographie (DP sur Transformers, Wanted: Choisis ton destin ou Jonah Hex) et Ramin Djawadi à la bande son (compositeur sur Iron Man, Sécurité rapprochée ou la série Game of Thrones… et prochainement Pacific Rim), mais les images dévoilée dans la première bande annonce ci-dessous restent bien difficiles à prendre au sérieux. Red Dawn semble en total décalage avec son époque, semble atrocement aseptisé et vidé de toute substance subversive. En gros, ça ressemble à n’importe quelle production médiocre à la gloire de l’oncle Sam, sans rien apporter de nouveau.

On espère se tromper, réponse dans quelques mois, le film sortant sur les écrans américains le 21 novembre 2012.