Phil Spector – Premier Trailer

de le 05/02/2013
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

C’est aujourd’hui que parait sur la toile le premier trailer du prochain projet de David Mamet avec Al Pacino dans le rôle titre.

Voilà deux anciennes icônes qui auront mis du temps à se retrouver.
D’un côté Al Pacino, qu’on ne présente plus mais qui n’a pas laissé de trace indélébile sur grand écran depuis longtemps (il faut au moins remonter à L’Enfer du Dimanche d’Oliver Stone et Révélations de Michael Mann pour mettre ses fans d’accord, tous deux datant de 1999), et qui depuis une bonne dizaine d’années semble plus trouver l’inspiration à la télé qu’au ciné. Il a offert un second rôle mémorable en 2003 dans la mini-série Angels in America, puis plus proche de nous, une superbe prestation dans You Don’t Know Jack dans le rôle du Docteur Kevorkian.

De l’autre côté, David Mamet, celui qui a souvent été considéré comme le scénariste le plus intelligent d’Hollywood pendant les années 90, grâce au sublime Glengarry Glen Ross (1992), adaptation de sa propre pièce de théâtre d’une rare noirceur sur l’American way of life par la description désespérée d’agents immobiliers au bout du rouleau. Film dans lequel on trouvait au casting… Al Pacino.
Et depuis Mamet n’a jamais su concrétiser (au moins de manière populaire) sa renommée. Au point qu’il est devenu aussi réputé que peu utilisé par Hollywood, si ce n’est alternant des projets perso (comme le brillant Redbelt en 2008) ou des pures commandes où son écriture se perd parmi les multitudes de ré-écritures de films de studio (au hasard Hannibal ou Ronin, pour lequel il a signé sous un pseudonyme).

Voilà donc que les deux anciennes gloires se retrouvent enfin, sur un téléfilm HBO centré sur le procès pour le meurtre de l’actrice Lana Clarkson qu’à vécu Phil Spector de 2007 à 2009.
Dans le rôle de l’avocate défendant Spector, Helen Mirren, dont la filmographie récente est pour le moins hétéroclite (Red, Hitchcock, Ga’Hoole, Glee…) pour ne pas dire cachetonneuse.

phil spector 2

Alors quel est l’intérêt du projet ?
D’abord de confirmer une énième fois que les chaînes câblées peuvent apporter assez de soutien aux réalisateurs en leur donnant une marge de manœuvre conséquente pour assurer de bons petits projets comme celui-ci. Ensuite, c’est de savoir si le grand Mamet est bien toujours vivant, autrement dit pas celui de ses récentes déclarations malheureuses sur le contrôle des armes à feu, mais celui qui se distinguait par un art extraordinaire du dialogue que seules des plumes de la trempe d’un Aaron Sorkin parviennent à égaler aujourd’hui. Et enfin, une chance de retrouver le Pacino qu’on aime, celui qui lorsqu’il a un bon scénar et qu’il est bien mis en valeur, donne vie à n’importe quel personnage avec une énergie démentielle.

Difficile de savoir pour l’instant quelle orientation prendra ce téléfilm avec ce premier trailer, très formaté (une partie biopic, procès, Pacino avec une palette variée de perruques pour qu’on sente bien la production value) et résonnant à la musique du fameux « Unchained Melody »  de The Righteous Brothers qu’on ne peut décemment plus entendre sans penser à Ghost et à la poterie artisanale dans une ambiance soft porn.

Espérons que le résultat soit plus proche du potentiel viscéralement noir qu’indique son pitch que d’une énième romance nostalgique désenchantée sur fond procédural.

Réponse le 24 mars sur les antennes américaines et dieu sait quand chez nous, même si on peut déjà miser sans prendre trop de risques sur une sortie en DTV bien longtemps après que la plupart des gens qui voudront le voir l’auront déjà téléchargé, regardé et oublié.