Les Sorties Ciné du 24 novembre 2010

de le 24/11/2010
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Après la semaine précédente bien trop chargée en sorties, les choses se calment aujourd’hui. Peu de nouveaux films mais de la qualité en vue. Petit tour d’horizon…

Outrage de Takeshi Kitano

« Avec Outrage Takeshi Kitano ne signe pas son retour au film de yakuza. C’est son premier véritable yakuza-eiga en vérité. Et comme à son habitude l’iconoclaste traite le sujet avec tout le talent qu’on lui connait mais s’amuse comme un gosse à pervertir les codes du genre et du milieu. Il dresse les portraits d’abrutis sans honneur ni morale et aborde pour la première fois la violence graphique de façon frontale. Mais rien n’y est pour autant gratuit, la démarche s’inscrit dans un parcours de relecture et démystification d’éléments traditionnels. Ludique, sanglant, brutal, décalé, Outrage est la preuve que Kitano ne s’est pas perdu, bien au contraire. Jouissif sur le fond et brillant sur la forme du début à la fin. Vivement la suite l’année prochaine! »

Quartier Lointain de Sam Garbarski

« Grosse surprise ce Quartier Lointain dont on pouvait raisonnablement se méfier. Derrière l’apparente trahison de la modification géographique se cache l’adaptation parfaite. Sensible, lumineux, onirique, porté par des acteurs qui sont dans le vrai à chaque plan, servi par une mise en scène qui touche parfois au sublime et transporté dans les hautes sphères par la partition magistrale de Air, Quartier Lointain se vit comme un rêve éveillé. Il n’apporte pourtant rien de nouveau dans son discours sur l’acceptation du passé pour mieux vivre le présent mais il s’en dégage quelque chose d’impalpable, une mélancolie qui ne nous quitte plus et le désir d’aller enfin dire à notre mère qu’on l’aime de tout notre coeur. Ne serait-ce que pour ce voyage, on l’aime ce quartier pas si lointain. »

Harry Potter et les Reliques de la Mort: partie 1 de David Yates

« Il faut encore attendre quelques mois pour juger définitivement la conclusion de la saga Harry Potter mais cette première partie est une excellente surprise. On n’attendait plus rien de David Yates, il fait pourtant très bien son boulot de yes-man en livrant le film le plus adulte et désespéré de la saga, un mélange assez habile d’aventure épique et d’urgence mortelle typique d’un survival. C’est noir, très noir même, et ça serait excellent s’il réussissait à maintenir un rythme continu. On s’ennuie parfois beaucoup mais on s’attendait à tellement pire. Et on s’imagine le chef d’oeuvre que cela aurait pu devenir si Guillermo Del Toro s’en était occupé… »

Benvenuti al Sud de Luca Miniero

« Si Bienvenue chez les Ch’tis ne brillait pas vraiment sur le plan qualitatif, ce remake italien qui change de direction pour aller du nord vers le sud se prend les pieds dans le tapis en reproduisant l’original de Danny Boon à l’identique, ou presque. Alors oui Benvenuti al Sud est mieux réalisé, mieux interprété, plus drôle également, le contexte de Naples apportant un exotisme des plus séduisants. Mais à l’arrivée il s’agit bien du même film, plus agréable à l’oeil et à l’oreille, mais véhiculant la même morale dégoulinante de bons sentiments exacerbés et artificiels. Sans grand intérêt donc, en particulier après avoir subi Bienvenue chez les Ch’tis. »

Memory Lane de Mikhaël Hers

« Il y a dans Memory Lane quelques très belles choses, c’est un fait. Le côté onirique et rêveur peut séduire, d’autant plus que le film est mis en scène et interprété avec talent. Mais malheureusement il brasse du vide quand il ne recycle pas les archétypes d’une certaine jeunesse parisienne. Toute cette accumulation de dépressifs, de malades, de paumés, d’artistes ratés et d’éléments dramatiques qui n’en sont même plus finit par écoeurer. La conséquence inévitable est que devant Memory Lane on s’ennuie tout simplement, comme devant tous ces films qui n’ont rien à dire et préfèrent entretenir l’illusion d’un élitisme intellectuel qui va finir par devenir un mythe plus qu’une réalité. Dommage, car Mikhaël Hers semble faire preuve d’assez de talent pour faire du grand cinéma. »

Pour le reste des sorties on fera surement l’impasse sur le Nom des Gens ou Takers qui ressemblent de loin à des films comme on en a vu mille fois. Par contre on va essayer de jeter un oeil attentif à Destination Himalaya avec Choi Min-sik et à la ressortie de Prick Up Your Ears de Stephen Frears.