Les morts insurmontables au cinéma

de le 02/02/2016
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Certains personnages sont tellement attachants qu’il est difficile d’accepter leur mort. Évidemment, certaines disparitions sont pires que d’autres, à chaque nouvelle vision on espère presque que la faucheuse ne fera pas son travail. Spoiler alert : les films dans cette liste ont quelques années déjà, nous n’avons sélectionné aucun film récent.

 

apollo

Voilà ce qui rend la vision de Rocky IV plutôt difficile pour les fans. Le film débute gaiement sur le combat à venir entre Apollo et Drago. Les spectateurs avaient bien pris le temps de s’attacher à Apollo Creed campé par Carl Weathers dans le dernier épisode, mais ce quatrième volet sera violent et triste car le champion se fait injustement tuer par Drago que tout le monde haïra par la suite.

 

aliens

Private Vasquez est l’un des personnages qui a clairement marqué le cinéma SF. Un soldat hors-pair, badass avec une sacrée répartie et cool comme l’enfer. Aliens subit beaucoup de pertes humaines, mais la mort de Vasquez marque parce que le personnage est brillamment écrit et formidablement interprété par Jenette Goldstein. On note aussi la romance insufflée à la scène finale de cette héroïne.

 

michael caine

Michael Caine est un personnage attendrissant et attachant, sans même camper un personnage. Lui donner un rôle touchant et drôle dans lequel il trouve la mort est carrément cruel. Dans Les Fils de l’Homme il est Jasper, l’homme qui rend pas mal de services au personnage principal interprété par Clive Owen. Jasper se fait tuer sous les yeux de ce dernier, on ne s’en remet jamais.

 

thelma & louise

Thelma & Louise, duo mythique du cinéma américain. Réalisé par Ridley Scott en 1991, le film est culte tout comme les deux héroïnes qui sont aujourd’hui de véritables icônes de la culture populaire. Susan Sarandon et Geena Davis incarnent une équipe admirable, leur prestation a marqué le 7ème art et les années 90. La fin est terriblement folle mais belle. Elles sont fortes et elles prennent leur destin en main jusqu’au bout.

 

I am a legend

Au cinéma, la mort d’un animal fait parfois plus de mal que la perte d’un humain. C’est le cas dans Je Suis une Légende avec Will Smith sorti en 2007. C’était couru d’avance, mais tout de même, les spectateurs espéraient une fin heureuse pour Sam, le chien du premier rôle. L’animal est contaminé et bien évidemment le docteur (Will Smith) ne parvient pas à le sauver. La mort du chien est insoutenable.

 

heat

Il est sympa ce Neil McCauley (Robert De Niro), personnage brillamment écrit et filmé par Michael Mann, on s’attache à lui, on veut qu’il s’en sorte. Il est amoureux et tellement attachant. La triste réalité le rattrape à la toute fin et bien que Heat soit l’un des meilleurs films sur cette Terre, sa mort nous marque et on aurait bien voulu l’éviter.

 

tom hanks

En 1993 Tom Hanks incarne un rôle qui va marquer sa carrière dans Philadelphia. Le film parle du Sida et du rapport que les gens ont à cette maladie. Andrew Beckett (Tom Hanks) est un grand avocat touché par le virus, la fin parait évidente mais ce n’est pas pour cela qu’elle est facilement acceptée. Le final est bouleversant et terriblement déprimant.

 

Trinity

Trinity est une des héroïnes de la trilogie Matrix. Puissante guerrière qui impose le respect, mais aussi une femme terriblement amoureuse de Neo. En somme un personnage féminin comme il est rare d’en voir sur le grand écran, complexe et simple à la fois. La romance du couple prend immédiatement, on aime les voir s’aimer. La disparition de Trinity est une déchirure, un sale moment à vivre dans cette belle trilogie.

 

al pacino

Comment rendre déchirante la mort d’un personnage alors qu’elle est connue dès l’ouverture du film ? C’est précisément ce que réussit Brian De Palma avec le destin du personnage de Carlito Brigante (L’Impasse), dont on suivra le cheminement de rédemption impossible jusqu’à créer un lien fort avec le spectateur qui espérera jusqu’au bout que cette introduction sera oubliée. Son meurtre est d’autant plus choquant.

 

the godfather

La mort d’une légende, c’est ce que propose Francis Ford Coppola avec le destin de Vito Cotleone. Comme Sonny avant lui, comme Fredo, ce symbole d’un empire criminel, véritable patriarche d’un milieu paraît suffisamment attachant pour que sa disparition soit déchirante. Et ce d’autant plus qu’elle frappe au moment de sa vie où il est enfin paisible, entouré de l’avenir et dans son jardin.