Iron Man 3 : noir c’est noir

de le 23/10/2012
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Après des Avengers enterrant définitivement les franchises Marvel dans le rayon de la comédie d’action, c’est le pape du genre, Shane Black, qui vient redorer le blason de Tony Stark. Pas de pipi dans l’armure, pas de vanne pourrie, la première bande-annonce d’Iron Man 3 appose un accent bien sombre sur la franchise, soit quelque chose d’assez inattendu.

Avec Iron Man puis Iron Man 2, Marvel Studios préparait le terrain pour faire du héros mythique un gentil bouffon, pilier comique bas du front d’Avengers. Avec l’annonce il y a à peu près un an de l’arrivée de Shane Black aux commandes du troisième épisode, tout laissait penser à ce que la franchise poursuive sa voie dans la comédie d’action, avec toutefois un humour sans doute plus adulte. En effet, bien qu’il ait un temps été envisagé que Shane Black, avant tout scénariste (L’arme fatale, Le Dernier samaritain, Last Action Hero…) ne soit engagé que pour mettre en scène le film, il est finalement co-scénariste avec Drew Pearce, ce dernier étant le garant Marvel d’un script qui devait rester dans le giron du divertissement familial et obtenir un classement PG-13. Shane Black c’est l’assurance d’un film dopé à l’humour vachard et à l’action conséquente, pour lui le spécialiste du buddy movie qui dépote. Sauf que bizarrement, cette première bande-annonce, à six mois de la sortie, ne met définitivement pas l’accent sur l’humour. Pire, elle en est totalement dénuée.

Synopsis : Tony Stark, l’industriel flamboyant qui est aussi Iron Man, est confronté cette fois à un ennemi qui va attaquer sur tous les fronts. Lorsque son univers personnel est détruit, Stark se lance dans une quête acharnée pour retrouver les coupables. Plus que jamais, son courage va être mis à l’épreuve, à chaque instant. Dos au mur, il ne peut plus compter que sur ses inventions, son ingéniosité, et son instinct pour protéger ses proches. Alors qu’il se jette dans la bataille, Stark va enfin découvrir la réponse à la question qui le hante secrètement depuis si longtemps : est-ce l’homme qui fait le costume ou bien le costume qui fait l’homme ?

On oscille donc entre la très bonne nouvelle, car cela semble très sérieux cette fois et que l’humour Marvel est rapidement devenu imbuvable dans une ère où les super-héros sont adultes, et le potentiel gâchis en sachant le talent démentiel de Shane Black en terme d’humour. Une chose est sure pour l’instant, il y a peu de chance de voir Iron Man faire pipi dans son armure et il semblerait que l’accent soit mis sur son côté sombre. Là encore, une très bonne idée étant donné le potentiel tragique de ce héros excessif dont la vie dissolue et flamboyante n’est qu’un masque pour cacher sa peur de la mort imminente et ses névroses. La leçon a été retenue du travail de Nolan et Goyer sur The Dark Knight, autant sur la peinture d’un héros littéralement brisé (cf le plan sur le casque défoncé) que sur la nécessité de l’ancrer dans un univers aux enjeux parallèles au notre, notamment par la présence de la peur terroriste ici personnifiée par Le Mandarin (Ben Kingsley qui a sans doute pris goût aux déguisement outranciers après Prince of Persia). C’est ce qui ressort de ces premières deux minutes d’images franchement prometteuses et qui sonnent comme une profession de foi, notamment en détruisant les fondations de ce qui a précédé. Shane Black ne s’est d’ailleurs jamais caché qu’il comptait construire son film comme s’il n’y en avait pas eu d’autres et en faire une sorte de thriller « à la Tom Clancy », avec des bad guys issus du vrai monde. C’est tout le mal qu’on lui souhaite, et entre son casting quatre étoiles (dont le retour de Don Cheadle) et l’équipe qu’il a réuni autour de lui (l’atout majeur John Toll, directeur de la photographie sur La Ligne rouge, Gone Baby Gone, Braveheart et Cloud Atlas) il pourrait bien, et ce dès son second film seulement derrière la caméra après le génial Kiss Kiss Bang Bang, remettre la machine Marvel sur de bons rails.

Iron Man 3 sortira le 1er mai 2013.