Your Name (Makoto Shinkai, 2016)

de le 04/01/2017
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Précédé d’un succès phénoménal au Japon, Your Name de Makoto Shinkai s’avère être une nouvelle réussite pour l’auteur de La Tour au-delà des nuages. Une réussite d’autant plus importante dans la mesure où ce nouveau long métrage illustre avec brio différents niveaux de lecture. Attention aux spoilers.

your-name-1Après la sortie de The Garden of Words en 2013, Makoto Shinkai réfléchit à un nouveau long métrage dont les principales inspirations viennent d’un conte du 12ème siècle, Torikaebaya monogatari (Si on les échangeait : Le Genji travesti), sur le changement d’identité sexuelle d’un frère et d’une sœur, ainsi que des mots de la poétesse du 10ème siècle, Ono no Komachi, sur une rencontre amoureuse dans un rêve. De ces divers matériaux Shinkai élabore un scénario. Comme à son habitude le cinéaste se charge également de la photographie et du montage, tout en s’octroyant l’aide du superviseur de l’animation Masashi Ando (ancien collaborateur de Satoshi Kon et Hayao Miyazaki) et du Chara Designer Masayoshi Tanaka (The Anthem of the Earth). Le groupe de rock Radwimps se charge de la bande originale, le tout supervisé par le producteur Noritaka Kawaguchi, fidèle collaborateur de Shinkai pour la boite de production CoMix Wave Films. Mone Kamishiraishi (Les enfants loups, Ame & Yuki) et Ryûnosuke Kamiki (Summer Wars) sont choisis pour prêter leurs voix aux personnages de Mitsuha Miyamizu et Taki Tachibana. Afin de déterminer le rythme de son film, Shinkai réalise une animatique mêlant son storyboard, aux voix et à la musique.

your-name-2

D’importants repérages ont lieu dans les rues de Tokyo afin de reproduire à l’identique certains environnements. La ville d’Hida dans la préfecture de Gifu sert d’inspiration à celle fictive d’Itomori. Narrant les péripéties de deux adolescents se réveillant un matin en ayant changé d’identité, le nouveau long métrage de Makoto Shinkai est divisé en deux parties bien distinctes. La première narre le quotidien des deux protagonistes dans leurs nouvelles identités, avec une variété de situations comiques liées à la perception physique et sociale qu’éprouvent Mitsuha et Taki dans leurs nouveaux corps et environnements. Shinkai y démontre un véritable génie humoristique à travers une mise en scène inventive. Le découpage fait la part belle à des transitions spatio-temporelles mêlant un langage issu du cinéma « live » : jeu sur les focales, panoramiques… à celui du manga : split-screen horizontal, bulles… dont le réalisateur détourne malicieusement les codes. Toutes ces prouesses visuelles, jamais gratuites, permettent au récit d’aller droit à l’essentiel sans pour autant se désolidariser de l’émotion. Souvent accusé à tort d’être un médiocre scénariste dissimulant la pauvreté de ses intrigues et personnages à travers une animation virtuose, Shinkai démontre pourtant à nouveau sa maitrise de la dramaturgie. Loin de se reposer sur l’humour situationnel, l’histoire se recentre sur la découverte et l’entraide de Mitsuha et Taki dans leur quotidien et aspirations futures.

your-name-3À contrario de la majorité de la production cinématographique actuelle faisant des protagonistes des spectateurs passifs, Your Name privilégie des personnages actifs dans les évènements. La mise en scène n’ayant pour effet que d’extrapoler leurs sentiments. L’un des meilleurs exemples reste la manière dont Shinkai magnifie le quotidien dans Tokyo. Une série de contre plongées et timelapses font sens avec l’émerveillement de Mitsuha (dans le corps de Taki) à l’égard d’une ville qu’elle pensait ne jamais découvrir. Idem pour Taki (dans le corps de Mitsuha) vis à vis de la campagne. Cette fascination réciproque pour la mégapole et la campagne n’est pas sans rappeler celle de F.W. Murnau dans L’aurore et City Girl, de même qu’elle trouve son origine dans l’enfance campagnarde et solitaire du cinéaste japonais.

your-name-4

À l’instar de ses précédentes réalisations, La tour au delà des nuages et 5 centimètres par seconde notamment, Your Name traduit l’affection du réalisateur pour les romances impossibles à travers le temps et l’espace, l’adolescence et l’entrée dans l’âge adulte. Ces thématiques ayant valu à Shinkai d’être comparé à l’écrivain Haruki Murakami dont il est un grand admirateur. Tout comme l’auteur de La ballade de l’impossible et de 1Q84, Shinkai parvient à toucher des problématiques universelles et métaphysiques dans un cadre urbain et mélancolique propice à l’étrange. Dans Your Name, le changement d’identité au romantisme, vu comme vecteur de compréhension mutuelle lié au shintoïsme. Cependant la chute d’un fragment de la comète Tiamat sur Itomori amène le récit vers le sous genre du voyage dans le temps. Un parti pris risqué dans la mesure ou le réalisateur mêle deux timelines centrées sur le sauvetage d’Itomori. La découverte du passé familial de Mitsuha par Taki dans une caverne, donne lieu à de véritables fulgurances graphiques autant qu’émotionnelles. Si certains pourront regretter cette approche plus balisée du genre, d’autant qu’elle n’évite pas l’écueil du paradoxe temporel, Shinkai parvient à dynamiter nos attentes à travers la course effrénée des deux personnages. Le réalisateur sacrifie sa logique narrative sur l’autel d’une émotion à fleur de peau lors d’une rencontre éphémère entre Mitsuha et Taki au crépuscule dans les vestiges d’Itomori.

your-name-5Ce moment charnière est probablement la clé pour comprendre l’incroyable succès du film dans l’archipel Nippon. Si Mitsuha et Taki sont à mi-chemin entre tradition et modernité, passé et présent, la comète est une évidente allégorie des différentes catastrophes ayant frappé le pays, des phénomènes naturels au bombardement atomique. Un schéma classique, présent dans quantité de fictions, auquel Shinkai apporte une dimension cosmogonique, via la comète, vu comme entité autant destructrice que créatrice, afin de souligner le changement perpétuel à travers les âges. Le final optimiste, qui incite à faire le deuil d’un passé maladif pour pouvoir se réconcilier avec son présent et avancer, confirme l’importance de Your Name dans la filmographie de son auteur et dans le cinéma contemporain, japonais comme international.

Au carrefour de la romance adolescente, de la science fiction, de la comédie situationnelle, du film catastrophe et du conte philosophique, Your Name est une nouvelle merveille dans la filmographie de Makoto Shinkai. Un récit en apparence simple dont on a du mal à cerner l’incroyable exigence de fabrication pour toucher à une émotion universelle. Un film qui signe probablement la fin d’un cycle pour son réalisateur et le début d’un nouveau.

FICHE FILM
 
Synopsis

Mitsuha, adolescente coincée dans une famille traditionnelle, rêve de quitter ses montagnes natales pour découvrir la vie trépidante de Tokyo. Elle est loin d’imaginer pouvoir vivre l’aventure urbaine dans la peau de… Taki, un jeune lycéen vivant à Tokyo, occupé entre son petit boulot dans un restaurant italien et ses nombreux amis. À travers ses rêves, Mitsuha se voit littéralement propulsée dans la vie du jeune garçon au point qu’elle croit vivre la réalité... Tout bascule lorsqu’elle réalise que Taki rêve également d’une vie dans les montagnes, entouré d’une famille traditionnelle… dans la peau d’une jeune fille ! Une étrange relation s’installe entre leurs deux corps qu’ils accaparent mutuellement. Quel mystère se cache derrière ces rêves étranges qui unissent deux destinées que tout oppose et qui ne se sont jamais rencontrées ?