The Visit – une rencontre extraterrestre (Michael Madsen, 2015)

de le 12/09/2015
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Ralentis, musique additionnelle, illustrations abstraites d’idées, interviews redécoupées, Michael Madsen confirme après Into Eternity, son approche unique du documentaire. Avec pour note d’intention l’envie de faire un film destiné aux extra-terrestres visitant notre planète, illustrant à l’écran autant les propos scientifiques que la part de rêve et de fantasme qui leurs sont attachés, The Visit est un objet étrange, parfois confus mais toujours passionnant.

The Visit 1En filmant les Hommes qui s’affairent à leurs vies par des ralentis qui fixent quasiment l’image, en multipliant les vues du ciel sur toute la surface du globe, The Visit présente aux visiteurs, une vue concrète de la vie sur terre et des constructions de l’Homme. The Visit tente de montrer de façon globale l’œuvre de l’Homme sur cette planète alors qu’une autre espèce lui rend visite. D’autre part, le film se veut une « reconstitution » de cette visite extraterrestre sur terre du point de vue des humains. Comment réagir, comment procéder ? Les questions sont posées à d’éminents membres de diverses stations spatiales, avocat spécialisé dans la logistique interstellaire où responsable de l’éthique dans le domaine extra-terrestre. C’est dans cette partie là que The Visit se fait le plus brouillon, Michael Madsen semblant de loin préférer le rêve au concret. Très vite, le propos du film tournera autour de notre rapport à ces questions plutôt que de ces questions elles même. Qu’est ce qu’être humain ? Quelle est sa place dans l’univers ? A t-il fait le bien ou le mal sur terre ? Comment nous définissons nous par rapport à l’autre ? Comment réagissons nous par rapport à ce qui nous apparaît comme différent de nous ?

The Visit 2

Ainsi Michael Madsen tend irrémédiablement non pas à préférer la forme au fond mais à privilégier l’expression visuelle d’un certain imaginaire lié à l’espace, c’est à dire l’aspect fantasmé qui lui est lié, qu’à illustrer de réelles réponses. Les extrêmes ralentis donnent ainsi lieu à des séquences purement illustratives et parfois abstraites censées exprimer visuellement les émotions liées aux questions sur notre place dans l’univers et notre rapport à l’autre. Le but est de nous faire ressentir ces thèmes autant que nous les faire comprendre. Ainsi se justifie la prégnance de la voix off où les discours des intervenants s’illustrent à l’image. Sur ce point on note tout particulièrement la sublime séquence illustrant le fantasme d’un intervenant énonçant à voix haute, les yeux fermés, son entrée dans le vaisseau alien.

The Visit 4Par cet attachement au rêve, The Visit réussit à retranscrire grâce à l’emploi de nombreux artifices cinématographiques, le sentiment d’infini lié à ces questions. Michael Madsen s’attache par ailleurs surtout à poser des questions, à réfléchir sur ce qu’il faudrait faire autant logistiquement que d’un point de vue éthique et moral si nous étions confrontés à une nouvelle forme de vie. Mais à l’image de ces nombreuses interview où les intervenants sont montrés impuissants à répondre à certaines injectives, les réponses concrètes sont rares et The Visit prouve le manque total de considération envers la probabilité d’un tel événement. Ce manque de réponses est ainsi concrètement contrebalancé par les multiples mises en images abstraites qui tentent quant à elles de donner des réponses. La peur, le doute, l’effroi, tout un réseau d’émotions que le réalisateur illustre notamment par des personnages qu’il enferme dans un espace entièrement sombre, jouant de différents éclairages et d’un découpage lancinant.

The Visit 3

Le public semblait un peu désarçonné par la forme de ce documentaire, en particulier avec l’humour introduit dans les interview (Madsen appuie sur les temps mort pendant les entretiens, exploitant la difficulté des intervenants à réfléchir à de telles questions). Cette importance de l’intervention du réalisateur dans le documentaire est en effet assez inédite et rare dans le genre. Clairement, Michael Madsen tente d’accéder à une réalité qui n’est pas seulement scientifique mais aussi émotionnelle et métaphysique. Les illustrations font avancer le propos en même temps qu’elles participent au sentiment de temps suspendu. Le temps s’arrête et nous entrons dans quelque chose d’autre. Comme il est dit durant The Visit, au moment où l’on admet la possibilité d’un inconnu, la réalité s’élargit. C’est exactement ce que tente de faire le film, imaginer l’inconnu, représenter le fantasme de l’inconnu et élargir ainsi la réalité de notre savoir concernant cet inconnu.

FICHE FILM
 
Synopsis

Un événement encore inédit : première rencontre de l’homme avec une forme de vie intelligente venue de l’espace. Avec le "Bureau des affaires spatiales de l’ONU" et des experts d’agences spatiales, le film explore le scénario d’un premier contact. Un voyage au-delà de la perspective terrienne, dévoilant les peurs, les espoirs et les rites d’une espèce contrainte à faire face à la fois à la vie extraterrestre et à sa propre image.