Swiss Army Man (Dan Kwan & Daniel Scheinert, 2016)

de le 21/07/2016
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Venus du monde du clip musical, le duo The Daniels se lance dans le cinéma avec le déluré Swiss Army Man. Un OVNI qui ne manque pas d’audace, de folie douce et d’intelligence, associant de bons Paul Dano et Daniel Radcliffe (dans un rôle hors du commun) pour un survival comique aussi imprévisible et que touchant.

Swiss Army Man 1Vous rêviez un jour de voir Daniel Radcliffe incarner un cadavre qui se propulse tel un jet-ski sur les flots à coup de flatulences ? Eh bien, ne cherchez plus ! Swiss Army Man l’a fait. Après La Dame en noir ou Horns, l’ancienne star de la saga Harry Potter continue dans le contre-emploi à parfaire la destruction de son image de gentil magicien à lunettes. Aussi improbable que cela puisse paraître, ce scénario étrange imaginé par le jeune tandem de réalisateurs Dan Kwan et Daniel Scheinert aura réussi à convaincre cet autre Daniel d’être le second rôle clé de ce film survie qui se glissera progressivement en buddy movie onirique et déjanté. Kwan et Scheinert, d’abord connus dans le monde du clip comme The Daniels, auront clairement signé l’un des films les plus barrés de l’année tout en proposant un projet tenu techniquement et artistiquement qui rassemble également Paul Dano et Mary Elizabeth Winstead. Serez-vous prêts à vous lancer dans l’aventure Swiss Army Man ?

Swiss Army Man 2

Le cinéma a encore de beaux jours devant lui. Enfin, tout du moins lorsque l’on jette un œil sur les quelques lignes du synopsis de ce long-métrage et qu’il fut bel et bien produit et sorti dans les salles. Nos amis Américains, par leur cinéma indépendant, nous prouvent qu’il y a encore de l’espoir que les projets fous puissent aboutir, malgré le formatage massif des grosses machines insipides made in Hollywood. C’est ainsi que ce Swiss Army Man remporta le Prix de la mise en scène au Festival de Sundance où il fut présenté pour la première fois. Le jury n’aura pas été influencé par les nombreux départs de spectateurs pendant les projections que l’on peut comprendre tant le film semble aller aussi bien dans toutes les directions que nulle part. Tout semble désespéré, dès son premier plan avec ce ridicule rocher au milieu de l’océan, sur lequel semble s’être échoué le pauvre Hank (Paul Dano) qui n’a d’autre choix que de mettre fin à ses jours avant de mourir de soif ou de faim. C’était sans compter sur l’arrivée inattendue d’un autre corps sur le rivage.  Mais à peine découverte cette silhouette portée par le courant, que Hank sombre encore un peu plus devant ce cadavre qui roule dans l’écume. Jusqu’à ce que…

Swiss Army Man 3Le titre de Swiss Army Man fait bien évidemment référence au célèbre couteau multi-usages de l’armée helvète, en rapport avec cet étrange sidekick interprété par Daniel Radcliffe. Il serait compliqué de vous en dire plus sur le contenu de ce long-métrage sans vous en gâcher la saveur. Il faudra néanmoins s’habituer au mode de narration du film de Dan Kwan et Daniel Scheinert qui retournent habilement le principe d’écriture de Deus Ex Machina, où quand une situation paraît désespérée, une issue (souvent rocambolesque) apparaît pour faire avancer l’intrigue. Ici, comme dans une bande dessinée, le personnage de Hank évolue de case en case, d’un problème de survie résolu à un autre, mais qui en trouve systématiquement sa solution auprès de ce corps inanimé prénommé Michael. Le ressort humoristique (assez immature, d’ailleurs) repose sur les capacités incroyablement saugrenues que déploie au fur et à mesure ce protagoniste fonction qui aidera Hank à se tirer de cette galère. D’une pure comédie de situations burlesques, le long-métrage virera progressivement au film de potes entre Dano et Radcliffe.

Swiss Army Man 4

Derrière cette parenthèse poilante se cache l’histoire du timide Hank qui n’a jamais osé aborder la magnifique fille qui prend le même bus que lui et dont la seule action courageuse se résume à l’avoir prise en photo, discrètement avec son téléphone portable. La mystérieuse femme qu’incarne Mary Elizabeth Winstead deviendra la raison pour Hank de retrouver la civilisation et (surtout) de la retrouver elle afin de lui avouer ses sentiments. À l’image du reste du film, la conclusion nous désarçonnera tout autant. Si déjantée et confuse qu’elle soit, elle saura cependant être assez émouvante. Même si l’on adhère pas forcément à leur humour geek tendance pétomane, il faut féliciter Dan Kwan et Daniel Scheinert d’avoir assumé jusqu’au bout l’un des projets cinématographiques les plus originaux que l’on ait vu depuis des années aux États-Unis.

FICHE FILM
 
Synopsis

Hank est perdu sur une île déserte. Désespéré, il est sur le point de mettre fin à ses jours lorsqu’il aperçoit un cadavre échoué sur la plage. Plus qu’un simple macchabée, celui-ci semble encore animé, en tout cas juste assez pour avoir d’impressionnantes flatulences capables de le propulser dans les airs et des érections à faire pâlir bon nombre de vivants. Hank va alors nouer une amitié avec ce corps en phase de décomposition, l’embarquant dans un voyage surréaliste pour tenter de rentrer au bercail.