Queen (Vikas Bahl, 2014)

de le 22/09/2015
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

La place des femmes en Inde ne fait pas seulement réfléchir les occidentaux. Le cinéaste Vikas Bahl dédie son deuxième long-métrage à ce sujet. Les mariages forcés, la liberté des femmes en Inde et même dans le monde enrichissent pleinement la trame de Queen.

Queen 1Queen est une sorte de road trip. L’œuvre suit un personnage nommé Rani, interprétée par Kangana Ranaut. De nos jours, il est rare de voir un film s’intéresser à une femme qui ne sera pas l’accessoire du premier rôle tenu par un homme. Et si elle est au devant de la scène, il est encore plus rare de voir un personnage féminin qui n’existe pas que pour la séduction. Dans Queen, les femmes vont pouvoir s’identifier à un personnage fort qui leur ressemble. L’actrice Kangana Ranaut apparait surement sur tous les plans du film. Brillamment écrit, ce premier rôle ne se trahit jamais et reste constant malgré les évènements tous plus fous les uns que les aurtes qu’elle va traverser. La jeune femme va tout simplement s’émanciper et évoluer correctement dans le monde qu’elle découvre.

Queen 2

Queen débute en Inde, la photographie renvoie des tons chauds, les images aussi. L’héroïne et son entourage s’apprêtent à fêter son mariage, les couleurs et les sourires défilent. Rapidement, le fiancé de Rani nommé Vijay (Rajkummar Rao) revient sur son envie de se marier. L’idée la moins féministe du film est surement là mais on pardonnera vite à l’auteur car c’est la seule, l’intrigue ne s’éternise pas sur le chagrin de la mariée abandonnée et c’est tant mieux, le coté « femme larguée » n’entache pas le reste. Grâce à des flashbacks on saura comment le couple s’est formé et au final le jeu que le réalisateur nous montre est un parallèle aux mariages forcés. Subtil et intelligent. C’est lorsque l’héroïne arrive à Paris que les flashbacks auront lieu. La photo sera froide pour le présent et chaude pour le passé. Le filtre n’est pas une si bonne idée car il a tendance à couper le lien entre le spectateur et les personnages, rendant le récit moins concret. Heureusement que l’exercice ne dure pas longtemps. Le cinéaste utilise aussi ce style pour nous raconter ce que Rani vivait au quotidien, le parallèle avec son voyage en Europe est encore plus intéressant grâce à ça.

Queen 3Rani, qui est surnommée Queen, rencontre des femmes pendant son voyage à Paris et à Amsterdam. A travers les images, on comprend que Vikas Bahl (co-auteur du scénario) cherche à prouver que l’herbe n’est pas forcément plus verte ailleurs et surtout en Europe. L’indienne rencontre des femmes fortes mais « victimes ». Victimes du patriarcat. La caméra pose un regard neutre sur ces sujets et ne les juge pas, elles sont fortes et apportent un regard différent à l’héroïne sur la vie. La liberté qui émane d’elles nourrit le premier rôle du film.

Les hommes ne sont pas en reste dans Queen. Si sur la première moitié du films ils en prennent pour leur grade, la seconde partie amène des personnages masculins qui donneront un autre aperçu du genre à la touriste. Loin de vouloir dire que les européens valent mieux que les indiens, car les occidentaux que Rani rencontre ont aussi leurs travers.

Queen 4

Queen est à l’opposé de ces films romantiques où la femme quitte tout pour récupérer l’être aimé. Ce personnage, qui était conditionné pour épouser un homme avec qui elle ne partageait aucune intimité, éclot sous nos yeux et le résultat est jouissif. Ce n’est pas un message pour les indiennes que le film délivre mais pour toutes les femmes. Chacune est libre de sa propre destinée, quel que soit l’entourage ou les enjeux. La Queen de Vikas Bahl est drôle, courageuse, intelligente et attachante, un personnage dont devraient s’inspirer les gros studios. Un film d’autant plus appréciable qu’il représente quelque chose de rare au cinéma.

FICHE FILM
 
Synopsis

Rani se marie dans deux jours. C'est le plus beau moment de sa vie. Toute la famille est là pour les préparatifs. Mais Vijay décide de tout arrêter. Il ne veut plus se marier avec Rani.
Rani n'a que deux choix face à ce fiasco. S'enfermer et pleurer dans sa chambre ou partir en voyage de noce... seule !