Proj. Get-up-and-go (Yi Keun-Woo, 2016)

de le 29/10/2016
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Après Project 577, Yi Keun-woo revient avec un nouveau faux documentaire loufoque sur la déchéance puis l’ascension d’une nouvelle star de la K-pop. Une comédie cocasse qui fonctionne surtout grâce au personnage burlesque tenu par Lee Ji-hoon, et qui s’achève par un final plus émouvant que l’on ne l’aurait attendu.

proj-get-up-and-go-1Les compagnons de galère semblent être l’obsession première du jeune réalisateur Yi Keun-woo. Avec son premier long-métrage, intitulé laconiquement Project 577, il traitait des stars de cinéma et de cet univers qui fonctionne en microcosme à travers une comédie prenant la forme d’un faux documentaire. L’acteur Ha Jung-woo y reprenait son propre rôle, entreprenant une marche de 577 kilomètres à travers le pays promise après avoir gagné, deux années de suite, le prix du Meilleur acteur coréen avec Take Off et The Murderer. En 2015, Yi Keun-woo s’est tourné vers le monde de la musique, et surtout de la quête de gloire de toute cette génération biberonnée aux télé-crochets et aux buzz autour des vidéos postées sur YouTube.

proj-get-up-and-go-2

Bien qu’il emprunte les codes du faux documentaire à son prédécesseur, son nouveau film Proj. Get-Up-and-Go s’avère être une fiction. Le casting principal répond à cette logique, tout en côtoyant avec le montage des interventions de célébrités notoires coréennes de la musique. La proposition se révèle similaire à l’américain Popstar: Never Stop Never Stopping des Lonely Island. Cette nouvelle comédie coréenne s’ouvre avec un retour succinct sur le retentissement planétaire (et surtout Internet) d’un clip musical. Sans nous le montrer, pour mieux nous le révéler ensuite, on comprend en filigrane la référence à la fureur Gangnam Style qui s’était emparée de la planète. Proj. Get-Up-and-Go opère alors un violent retour en arrière jusqu’à la genèse de cette chanson, ou plutôt de la carrière de son chanteur. Quasi trentenaire, la star en devenir interprétée par Park Jong-hwan (Veteran) tourne en rond dans sa piaule et ne trouve ni le courage ou l’inspiration de se lancé. Il se croit néanmoins déjà en haut de l’affiche, suffisant et prétentieux envers ses camarades, filmé en permanence par son meilleur ami qui espère en tirer le making of ultime de la naissance d’une star de la K-pop.

proj-get-up-and-go-3Mais son ambition sera brutalement refroidie après un passage éclair dans une session de casting d’une télé-réalité pour devenir chanteur. La réalité le rattrape brutalement et son rêve lui échappe. Tandis qu’il sombre dans une longue déprime, le hasard l’amènera lui et sa pathétique équipe de tournage ambulante vers un personnage haut en couleurs. L’acteur Lee Ji-hoon incarne alors sur la scène d’un établissement un chanteur ringard et vulgaire. Derrière son pseudo ridicule de Dominguez Nam et ses fausses moustaches mexicaines, il interprète sans honte des chansons aux paroles bien scabreuses. Mais l’hystérie provoquée auprès des petites vieilles poussera le réalisateur du making of à faire rencontrer son ami au fond du trou ce Dominguez Nam, et dont le personnage scénique semble ne jamais le quitter. Proj. Get-Up-and-Go se mue en film d’apprentissage avec cette relation très classique maître/élève nous donnant l’impression d’aller nulle part. Cependant, le réalisateur Yi Keun-woo prendra les pérégrinations de ses personnages pour nous attacher à eux. On oublie progressivement le succès à venir du chanteur déchu qui, ici, réapprend la vie et l’humilité.

proj-get-up-and-go-4

Ce sera surtout avec un troisième acte inattendu que le film nous touchera vraiment. Le faux documentaire loufoque où l’on se bidonne des facéties du lourdingue Dominguez Nam devient, sans nous avertir, un film plus émouvant que prévu. La galère en quête de l’impossible nous a rendu cette petite équipe plus proche qu’on ne l’aurait cru. Nous nous sommes attaché à ces personnages au fil des minutes, bien que rien ne nous y préparait. Avec un regard un peu caricatural, Yi Keun-woo réussit pourtant à illustrer par ce retournement la vacuité et la violence du milieu musical. Certes, un moment riche en émotions, mais qui n’aura pas l’angle le plus accompli du film. Toutefois, le final émotionnel sera la belle surprise inattendue de Proj. Get-Up-and-Go, délaissant les rails de la comédie pour une sensation plus profonde de légèreté et d’un bien-être partagé avec ses personnages, qui restent derrière leur image des êtres humains comme les autres.

FICHE FILM
 
Synopsis

Un réalisateur tourne un documentaire sur un chanteur persuadé d’être la prochaine grande star de la scène musicale coréenne. Quand tous deux se rendent compte que la réalité est bien différente, le projet de documentaire bat de l’aile. C’est alors qu’ils croisent la route d’un drôle de chanteur, pseudo latin lover à la fausse moustache. Le documentaire, et leurs vies respectives, vont s’en trouver bouleversées.