Patéma et le monde inversé (Yasuhiro Yoshiura, 2013)

de le 27/03/2014
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Premier long-métrage, d’un nouvel espoir de l’animation Japonaise : Yasuhiro Yoshiura, Patéma et le monde inversé, s’avère à la fois un excellent film, la confirmation d’un auteur à suivre, et une nouvelle preuve du renouveau d’une science-fiction classieuse et touchante. Explications.

PATEMA 2À l’origine de Patéma et le monde inversé, on trouve Yasuhiro Yoshiura fondateur du studio Rikka et talentueux animateur autodidacte, repéré pour son court-métrage de science-fiction Pale Cocoon en 2006, ainsi que pour l’ONA Time of Eve en 2008. Pour son passage au format long, Yoshiura part de l’idée d’un personnage suspendu dans le vide. Aidé de son studio et celui de Purple Cow, la production s’étendra sur plus de 3 ans à partir de fin 2011, avec une date de sortie décalée de 2012 à 2013. Le cinéaste allant mettre en ligne un prologue, sous forme de quatre courts-métrages, permettant de présenter l’univers du film. Si le sujet de Patéma et le monde inversé comporte de fortes similitudes avec Upside Down de Juan Solanas sorti l’an passé, Yoshiura s’éloigne rapidement de la fantaisie romantique du cinéaste argentin, pour une approche personnelle  héritée d’une grande tradition de la science-fiction.

PATEMA 3

L’opposition des deux mondes, l’un au grand jour, Aiga, avec son univers épuré, aristocratique aux relents totalitaires, l’autre souterrain fait de récupérations et de matériaux divers aux accents ouvriers n’est pas s’en rappeler le Metropolis de Rintaro. Yoshiura utilisant une approche similaire dans la mise en avant des décors souterrains, chargés de détails, dans lesquels les protagonistes, isolés dans le cadre dénotent avec l’environnement les entourant. Les deux personnages principaux, Patéma (dont le design évoque celui des héroïnes de Miyazaki), une intrépide adolescente de 14 ans vivant sous terre, et Age, un étudiant rêveur et timide vivant au grand jour dans la cité d’Aiga, sont des « anomalies » au sein de leurs univers respectifs, que le cinéaste prend soin de faire « dénoter » dans le cadre. Une mise en images ingénieuse et subtile qui peut surprendre ceux qui s’attendaient à une réalisation plus « visible » de la part de l’auteur de Pale Cocoon. L’expérimentation de Yoshiura sur Patéma et le monde inversé se situe à un autre niveau :  Les éléments en CGI présents à l’avant son floutés, les textures des nuages, inspirées de Makoto Shinkai, sont d’une grande profondeur de champs accroissant la sensation de vertige lors des changements de perspective, les plans à l’envers joue sur l’habitude du regard, la présence de flares sur l’image … . Ses éléments contribuent à  une approche plus cinématographique de l’animation.

PATEMA 6Ces connexions, avec les travaux précédents du cinéaste, se retrouvent également d’un point de vue narratif et thématique. Qu’il s’agisse des photos utilisé comme élément perturbateurs, d’un  monde souterrain ouvrier, de la dictature, de la symbolique finale, des jeunes anti héros, les vestiges d’un monde passé…  Tout correspond à faire de Patéma et le monde inversé, une variation de Pale Cocoon, et son prolongement, lorsque notre héroïne se retrouve à l’extérieur. Yoshiura développe de manière plus approfondie les thématiques de son court-métrage. L’interconnexion des deux mondes passait par les livres et les archives. Ici ce sont Patéma et Age qui sont les « connecteurs ». Utilisant très ingénieusement le ressort science fictionnel de la gravité inversé, comme vecteur d’union entre deux êtres. Le facteur humain étant plus développé puisque c’est la disparition de Lagos, proche de Patéma qui sera à l’origine des aventures de notre jeune exploratrice.

PATEMA 4

Grand fan d’Isaac Asimov, dont il rêve d’adapter le roman Les Cavernes d’acier, Yoshiura opte pour la même démarche humaniste. À travers le prisme d’un regard sociétal, et la nécessité de s’unir afin de pouvoir espérer changer l’ordre établi. Si cette approche pouvait facilement tomber dans la lourdeur, il n’en est rien, le cinéaste laissant ses images et son récit parler pour lui-même. Un classicisme narratif revendiqué par le réalisateur, qui permet au film de gagner en force et paradoxalement une approche bien plus complexe et subtile des enjeux entre les deux mondes. Cette approche réflexive se double d’un récit initiatique, hérité du monomythe de Joseph Campbell. Qu’il s’agisse de Patéma et d’Age, tous deux connaîtront un parcours qui les transformera à tout jamais. Passant par différentes étapes, l’appel de l’aventure, la caverne (ici extérieure), la mort symbolique, puis la renaissance qui se traduira par l’unique plan mettant face à face nos deux protagonistes dans le ciel, et le retour chez soi avec l’enseignement tiré de l’aventure et l’impossibilité de revenir en arrière, en accomplissant ce que leurs proches n’avait pu réussir. Un véritable tour d’équilibriste, puisque ce parcours initiatique est mis à hauteur similaire pour nos deux protagonistes. Le tout trouvant son apothéose dans un final porteur d’espoir mais non dépourvu d’une certaine ironie, dont nous tairons les aboutissants afin de ne pas gâcher la surprise aux spectateurs.

PATEMA 5Sous son apparente simplicité, Patéma et le monde inversé s’avère être une architecture complexe, qui ne demande qu’à être redécouvert pour en saisir toutes les enjeux et nuances. Un 1er long-métrage humble et sincère, qui confirme le talent de conteur et de cinéaste de Yasuhiro Yoshiura. Ce dernier s’impose comme l’un des nouveaux grands artistes de l’animation Japonaise. Le film proposant un idéal de science-fiction humaniste et touchant apte à ouvrir de nouveaux horizons pour les spectateurs, et renouer avec la notion d’émerveillement si importante au genre.

FICHE FILM
 
Réalisateur
Date De Sortie
Compositeur
Distributeur
Nationalité
Synopsis

Après une catastrophe écologique, la terre se trouve séparée en 2 mondes inversés ignorant tout l'un de l'autre. Dans le monde souterrain, Patéma, 14 ans, adolescente espiègle et aventurière rêve d'ailleurs.
Sur la terre ferme, Age, lycéen mélancolique, a du mal à s'adapter à son monde totalitaire.
Le hasard va provoquer la rencontre des 2 adolescents en défiant les lois de la gravité.