Over Your Dead Body (Takashi Miike, 2014)

de le 12/09/2014
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Étrange Festival 2014 : compétition internationale.

Over Your Dead Body, ou quand Takashi Miike s’attaque à l’histoire de fantômes la plus célèbre au Japon. Un long-métrage assez lent, aux antipodes des productions les plus absolues que l’on connaît du cinéaste en occident, mais qui parvient à marquer par son atmosphère étouffante et une superbe photographie.

over your dead body 1Un des cinéastes japonais les plus prolifiques de son temps, Takashi Miike est connu pour avoir sorti des films totalement fous et barrés, comme des long-métrages plus mainstream et accessibles. La vingtième édition de l’Étrange Festival nous fait découvrir, à peine un mois après sa sortie au Japon, son nouveau Over Your Dead Body. Plutôt issu de la seconde partie de sa filmographie, ce dernier n’est cependant pas sans communiquer avec celle plus transgressive. Adaptant la pièce de théâtre la plus connue au Japon, Takashi Miike nous donne l’impression de se poser dans sa mise en scène, alors qu’il enchaîne toujours au rythme effréné de deux à trois long-métrages par an.

over your dead body 2

Avec cette pièce de kabuki entre les mains de Miike, nombreux pouvaient penser que le cinéaste japonais décide de la triturer dans tous les sens et d’en tirer un film délirant, comme on aime à le voir en réaliser. C’est un choix formel de tordre cet imaginaire fou depuis attribué à Takashi Miike en prenant le risque de la mise en abime de la pièce. Over Your Dead Body suivra donc les répétitions de cette pièce, dont le couple principal va progressivement sombrer dans la paranoïa à mesure que l’histoire de la pièce qu’ils jouent se retrouve dans leur propre vie. En confondant la vie des comédiens et des personnages de la pièce, Miike transpose les deux derniers actes dans le monde réel, avec des conséquences directes et pour le moins terrifiantes. Si au départ le long-métrage suit les rails d’une double réalité entre scène et coulisses, il finira tout d’un coup à basculer dans une troisième : celle du fantastique.

over your dead body 3Si la pièce est très connue au Japon, Takashi Miike est suffisamment habile pour ne pas laisser le spectateur profane sur le carreau. Over Your Dead Body est complètement lisible, bien que son dénouement, touchant au surnaturel, laisse une part de mystère sur l’arrivée à la conclusion. Le cinéaste sait aussi prendre son temps. Instaurant une ambiance hypnotique, oscillant entre les répétitions et les phases de la vie quotidienne en dehors de la scène, le tempo du long-métrage est relativement lent et pourra désarçonner les fans des films plus dynamiques de Miike. S’il y a une chose à retenir d’Over Your Dead Body, c’est bien sa photographie sublimissime. Le chef opérateur Nobuyasu Kita, un collaborateur habitué, a su tirer le meilleur de ce que lui offrait le cinéaste. Les plus belles séquences restent celles de ces répétitions sur un large décor rotatif, qui par moment nous font même douter de la présence des techniciens et assistants présents devant la scène.

over your dead body 4

Si ce nouveau film ne sera pas retenu comme un point marquant de la filmographie de Takashi Miike, il reste néanmoins un beau travail de mise en scène. Notamment lorsque la nuit laisse place aux cauchemars sanglants et difficilement soutenables par un public non averti. Over Your Dead Body réussit aussi bien à délaisser son côté classique pour un ton plus horrifique et d’épouvante, digérant tous les codes du genre fantastique lorsque cela devient nécessaire. Trop ou pas assez expressive, seule la performance de Ebizo Ichikawa, qui incarne le rôle principal à plus d’un titre, est un peu décevante par rapport au reste du casting. Ce nouveau long-métrage de Takashi Miike est une œuvre minimaliste et posée qui trouvera son efficacité dans son ambiance feutrée, rendant les passages où le fantastique s’invite dans le récit d’autant plus tonitruants et fascinants.