My Movie Project (2013)

de le 19/06/2013
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Véritable accident industriel, My Movie Project se voudrait une version plus moderne de la comédie à sketches façon Hamburger film sandwich. Vulgaire, pas très drôle, porté par une intrigue prétexte assez minable et sans queue ni tête, cette comédie qui cherche sans doute à fustiger la génération youtube passe complètement à côté de son sujet pour enchaîner les gags plus crades que subversifs. A la vision de la chose, la volonté de tous les acteurs d’oublier cette triste expérience est d’une logique impeccable.

Le projet Movie 43 était pourtant formidable sur le papier. Un tournage sur plusieurs années afin de réunir une foule de stars hollywoodiennes dans des pastilles plus ou moins outrageantes pour leur image, mettant au défi leur second degré et leur sens de la comédie, le tout sous l’impulsion de Peter Farrelly. Les Farrelly, soit les anciens rois de la comédie qui ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes dans une industrie qu’ils ne comprennent plus. Ce qui donne lieu à un film totalement improbable, dont le fil conducteur d’une bêtise sans nom n’est qu’un prétexte à une succession de petites vidéos qui n’ont à voir que leur terrifiant mauvais goût. Là où Hamburger film sandwich, Faites-le avec les doigts ou Tunnel Vision transformaient une comédie omnibus en une œuvre cohérente et surtout très drôle, My Movie Project se vautre dans une médiocrité qui n’a d’égal que son parterre de stars réunies pour accrocher une vilaine casserole à leur carrière.

Movie 43

De cette ensemble surréaliste, on ne retiendra que le sketche plutôt réussi de James Gunn et son humour à la fois crade et gentiment gore, que les créateurs n’ont même pas réussi à intégrer dans la narration. Pour le reste, c’est un festival de mauvais goût qui ruine avec un aplomb désarmant chaque idée pas trop mauvaise. Chaque segment de l’anthologie débute plutôt bien pour se conclure de la pire des façon, sans chute, avec une gestion du rythme comique déplorable. Car les auteurs redoublent d’idées, et le film passe en revue à peu près toutes les déviances possibles et imaginables. Scatologie, inceste, racisme, torture de nains, discours sexuel vulgaire, testicules dans le cou et chat qui rêve d’une fellation par son maître, c’est un véritable festival scabreux au mauvais goût parfaitement assumé. Sauf que ce qui aurait pu devenir instantanément culte entre des mains expertes ne décolle jamais. My Movie Project se voudrait subversif, il n’est que grossier et passablement ennuyeux, ne trouvant jamais la voie à explorer pour transcender une idée dégueulasse en un monument de mauvais goût. Car le véritable problème de la chose est que le film n’est jamais drôle. Au mieux, il est possible d’être dégouté par l’accumulation d’images dégueulasses mais l’incapacité à provoquer le rire est tout de même terrifiante. Il faut dire qu’avec aux commandes les réalisateurs d’École paternelle, Les ensorceleuses, des metteurs en scène issus de la TV ou encore ce satané Brett Ratner qui livre un nouveau gros morceau de nullité, aucun miracle n’est possible. C’est d’autant plus dommage d’y voir associés les noms de Peter Farrelly, James Gunn ou Steven Brill, qui valent bien mieux que cette horreur.

Movie 43

Et il en est de même pour tous ces acteurs de classe internationale qui sont venus se fourvoyer là-dedans, certains ayant tenté sans succès de quitter le navire en cours de route (Richard Gere notamment). Concrètement, My Movie Project est tellement atroce qu’il s’avère bien difficile de ne pas quitter la salle en cours de route. Le plaisir malsain de voir tous ses acteurs se tourner en ridicule ne dure que quelques secondes, le temps de saisir qu’ils jouent à peu près tous comme des pieds, visiblement peu concernés par le projet et un brin dégoutés d’y avoir participé. Quelque chose qui sera confirmé par leur refus d’assurer toute forme de promotion pour le film. A moins de trouver un intérêt à voir Jason Sudeikis camper un Batman de pacotille, Halle Berry être défigurée et se payer des seins énormes, Chloë Grace Moretz avoir ses premières règles sur un canapé crème ou Gerard Butler interpréter un leprechaun, My Movie Project est un film à oublier fissa. Pas drôle, incohérent, interprété par des acteurs démissionnaires, d’une laideur sans nom, bête comme cela devrait être interdit et monté avec les pieds, My Movie Project est une aberration filmique qui ferait passer la pire des comédies US pour un chef d’œuvre. Dans un sens, c’est assez impressionnant comme catastrophe.

FICHE FILM
 
Synopsis

Un célèbre acteur d’Hollywood approche un grand studio de cinéma avec une idée de scénario qui, selon lui, a le potentiel de devenir le film le plus rentable au monde. Peter et Bobby Farrelly (DUMB & DUMBER, MARY À TOUT PRIX) ont décidé de s’atteler à une comédie dingue et bluffante réunissant le plus gros casting jamais rassemblé à ce jour…