Mission: Impossible – Rogue Nation (Christopher McQuarrie, 2015)

de le 12/08/2015
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Pour son cinquième épisode, la saga Mission: Impossible ne s’essouffle toujours pas et montre qu’elle en a encore sous le coude. Sans pour autant renouveler la franchise, Rogue Nation est un film d’action complet, très efficace et rempli de fulgurances. Après Jack Reacher, Christopher McQuarrie prouve qu’il est un excellent faiseur au service de Tom Cruise en réalisant, tout simplement, le meilleur blockbuster de l’été 2015.

Mission impossible rogue nation 1Comment après (presque) vingt années de services la franchise cinématographique Mission: Impossible attire encore un large public ? 1996, c’est à l’un des experts du thriller sombre et torturé, Brian de Palma, que l’on doit l’adaptation sur le grand écran de la célèbre série télévisée d’espionnage. Mais plus encore que le réalisateur de Body Double ou les studios Paramount, ce sera via sa star, Tom Cruise, que l’aventure trouvera les moyens de se prolonger. La carrière exemplaire de l’acteur ne lui avait pas encore permis d’incarner un personnage récurrent au cinéma. Celle de producteur le lui permettra. Car si Maverick ou le vampire Lestat ont marqué le public, ce sera l’agent de l’IMF Ethan Hunt qui s’imposera consciemment à lui avec un second opus en 2000. La production houleuse n’aura pas su effacer la marque de fabrique du réalisateur John Woo sur un actioner boosté à l’adrénaline, doublé de quelques séquences d’action improbables. Le départ précipité de Joe Carnahan de la réalisation face à un Tom Cruise tout puissant aura sans doute sauvé la franchise. En effet, l’arrivée de J.J. Abrams dans la course entrainera l’arrivée de sa société de production Bad Robot pour une seconde trilogie, dont le deuxième volet vient de sortir dans nos salles.

Mission impossible rogue nation 2

Cinquième épisode donc, après un déjà excellent Ghost Protocol qui avait su nous donner le vertige sur le fameux Burj Khalifa, Rogue Nation nous lance à la traque d’une organisation secrète comptant éliminer Ethan Hunt et sa célèbre équipe. C’est avec une aisance étonnante que le réalisateur Christopher McQuarrie entre dans le jeu. Le réussi Jack Reacher avait mis fin à sa traversée du désert depuis Way of the Gun et Tom Cruise lui a renouvelé sa confiance pour signer à la fois,le scénario et la mise en scène de ce Rogue Nation. L’écriture ne manque pas d’humour et a su garder le ton légèrement désinvolte pour décharger la surenchère de cascades. Telle celle d’un James Bond, l’ouverture de ce cinquième long-métrage ne déroge pas à la règle et nous récompense de la séquence qui était imprimée sur la rétine de quiconque avait découvert une des bandes-annonces. Il faut bien lui reconnaître cela. Tom Cruise est sûrement l’un des acteurs hollywoodiens à l’ego le plus surdimensionné, mais il n’est cependant pas le dernier quand il s’agit de donner de sa personne sur le plateau. Aujourd’hui, il est l’un des rares (pour ne pas dire le seul) à pouvoir courir sur les ailes d’un avion ou de s’y agripper au décollage pour accomplir sa mission.

Mission impossible rogue nation 5Londres, Vienne, La Havane, Casablanca… Nous ne manquons pas de voyager vers maintes destinations exotiques avec Rogue Nation. Quand Brad Bird s’amusait à se jouer des codes de la mécanique Mission: Impossible, Christopher McQuarrie les détourne très rapidement afin de mieux travailler le suspense en nous emmenant vers des sentiers inconnus. Le rythme ne semble trouver aucun temps mort dans sa construction, tant les scènes d’action parviennent à se renouveler au fil du long-métrage. À pied, sur deux, quatre roues ou dans les airs, Ethan Hunt enchaîne les exploits et les coups de théâtre. Mais c’est à l’opéra que se jouera le plus grand moment du film. Bien que Christopher McQuarrie n’y propose rien de bien neuf en reprenant la même séquence que L’Homme qui en savait trop d’Alfred Hitchcock, il en tire quelque chose de nerveux et sous haute tension sur le magnifique Nessun Dorma du Turandot de Puccini. Ce que n’avait su parvenir à effleurer Marc Forster dans Quantum of Solace, McQuarrie le réussit pleinement et avec brio. Il en fait la scène la plus marquante de son film, au même titre que celle d’escalade à Dubaï dans le précédent opus.

Les masques et les gadgets sont toujours de la partie. Jeremy Renner, Simon Pegg, Ving Rhames aussi. Néanmoins, il est intéressant de noter que Tom Cruise commence à réduire intentionnellement l’image de surhomme qu’il s’était construit durant ces deux dernières décennies. L’acteur/producteur de plus de cinquante ans laisse désormais aux femmes des rôles d’égal à égal. Cela avait pu se constater déjà sur le film de science-fiction Edge of Tomorrow avec Emily Blunt. Cette fois, c’est à Rebecca Ferguson de lui tenir tête. L’actrice que l’on avait pu voir dans le Hercule avec Dwayne Johnson incarne ici un agent britannique qui sauve, plus d’un fois, la mise à Ethan Hunt. Au milieu d’un casting exclusivement masculin, le mystérieux personnage de Rebecca Ferguson détonne encore plus qu’il représente celui du meilleur agent du Royaume-Uni dans le monde de Mission : Impossible, autrement dit : James Bond. Un pari d’autant plus osé pour le réalisateur qu’il met la barre très haut dans son genre, alors que le Spectre de Sam Mendes arrive en fin d’année. À l’instar de son compositeur Joe Kræmer, Christopher McQuarrie accomplit sa mission en sauvant les quelques menus problèmes, notamment de raccourcis et retournements attendus de son scénario, par l’efficacité et le panache de sa mise en scène.

FICHE FILM
 
Synopsis

L’équipe IMF (Impossible Mission Force) est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter un réseau d’agents spéciaux particulièrement entraînés, le Syndicat. Cette organisation sans scrupules est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes. Ethan regroupe alors son équipe et fait alliance avec Ilsa Faust, agent britannique révoquée, dont les liens avec le Syndicat restent mystérieux. Ils vont s’attaquer à la plus impossible des missions : éliminer le Syndicat.