Les 4 Fantastiques (Josh Trank, 2015)

de le 05/08/2015
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Trois sur trois. La licence maudite des 4 fantastiques se confirme encore en 2015 avec un énième reboot catastrophique. Le réalisateur de Chronicle livre un film ennuyeux, déjà vu et inintéressant au possible. En cherchant à garder la franchise hors de portée de Marvel Studios, la 20th Century Fox aura signé l’un des pires blockbusters de l’année 2015.

THE FANTASTIC FOURC’est donc entre les mains du jeune réalisateur américain Josh Trank qu’a atterri la nouvelle mouture des fameux 4 fantastiques, l’un des comic-book phares de la galaxie Marvel et encore dans le giron de la 20th Century Fox. Face au rouleau compresseur Marvel Studios chez Disney, celui qui s’annonce chez Warner/DC Comics et après la débandade de Sony avec Spider-man, peu d’espoir était permis envers cette nouvelle tentative d’adapter les aventures de l’homme élastique, la femme invisible, la torche humaine et la Chose sur le grand écran. Si la première initiative du milieu des années 1990 est depuis tombée dans les annales du nanar, les deux films de Tim Story, si catastrophiques fussent-ils, étaient parvenus à la rentabilité. Pourtant, août 2009, les studios annoncent un reboot qui trainera jusqu’à cet été 2015. Six ans d’attente pour cela ? Mais que s’est-il passé ?

THE FANTASTIC FOUR

Tous les voyants semblaient au vert. Après un passage avec Adrien Brody et Kiefer Sutherland au casting, le projet de reboot s’est alors complètement remodelé selon la vision de Josh Trank. Ce réalisateur avait fait sensation avec son Chronicle, sorti en 2012, qui dépeignait en found footage une bande d’ado se retrouvant affublés de super pouvoirs. Trank était alors tout indiqué pour reprendre ces 4 fantastiques en manque de cap. Batman, James Bond, Superman, à leur tour, le quatuor tomba dans la mode du grounded, cette reconstruction plus sombre et réaliste de leur univers pour tenter de coller aux nouvelles attentes du public. Pour se faire, le réalisateur se sera entouré d’un casting prometteur : Miles Teller (Whiplash), Jamie Bell (Snowpiercer), Kate Mara (la série House of Cards) et Michael B. Jordan (Chronicle).

THE FANTASTIC FOURAu départ, le long-métrage s’engage dans une surprenante mais néanmoins sympathique ambiance Amblin. Il s’ouvre alors sur des enfants amoureux des sciences, des rêveurs prêts à faire les 400 coups pour leurs expériences. Une belle note d’introduction qui sera la première de toutes les bonnes idées que compte Les 4 fantastiques à être très mal exploitée. Choisissant sciemment de centrer son film sur les personnages et non plus l’action (un choix d’autant plus risqué compte tenu du genre dans lequel il se place), Josh Trank plongera, malgré toute sa bonne volonté, son spectateur dans un ennui profond. Il ne faut pas chercher bien loin pour comprendre qu’il y a un vrai problème lorsqu’il faut attendre la moitié du film pour qu’il se passe quelque chose. En effets, si les 45 premières minutes servent à une interminable exposition, la transformation des ces scientifiques en fantastiques ne rendra pas le reste plus dynamique pour autant.

Les 4 Fantatiques 4

Le voyage interdimensionnel a remplacé l’accident spatial et l’armée américaine a une plus grande influence sur les événements et les protagonistes, avec un mâchouillant Tim Blake Nelson en méchant méchant et Toby Kebbell en cosplay d’elfe noir de Thor, le monde des ténèbres. Et c’est encore là que le bas blesse. Tandis que Bryan Singer donne des leçons de cinéma à tous les Marvel et consorts avec son dernier X-Men, Days of Future Past, ici Josh Trank ne nous propose à voir rien de neuf, mais surtout en moins bien fait. Hormis le rythme global chaotique, les rares scènes d’action sont foutraques et apathiques. Sans aucune direction d’acteur, son casting est complètement en perdition et ne nous donne pas envie de croire en leurs personnages. Les quelques bonnes idées sur le papier sont gâchées en quelques secondes à l’écran. Même les traits d’humour ne fonctionnent pas. Et pourquoi appeler les talentueux compositeurs Marco Beltrami et Philip Glass pour les noyer dans une soupe sonore aseptisée en bande originale ?

Les 4 fantastiques 5Victime de nombreuses réécritures et d’un tournage sous haute tension entre les studios et le réalisateur, Les 4 fantastiques est un long-métrage ni fait ni à faire. On en vient à se demander comment le scénario en lui-même à pu passer entre les mailles du filet avant de lancer la production et si les nombreux jours de tournage supplémentaires ont joué en faveur ou en défaveur de la cohérence générale du projet. La catastrophe annoncée débouche donc sur une sorte de reconstruction branlante des origines des 4 fantastiques à la Batman Begins, où ni l’aspect super-héros ni le côté freaks n’arrivent à tirer leur épingle du jeu, réussit à nous lénifier avec moins d’1h40 de durée, et tout cela pour finir sur le même gag lourdingue qu’Avengers, l’ère d’Ultron… Franchement ? Avec X-Men, Days of Future Past en cache-misère sur l’affiche définitive d’une promotion inexistante, les studios de la 20th Century Fox semblent déjà enterrer l’idée d’une suite déjà annoncée pour le 9 juin 2017 et d’un possible crossover avec la saga des mutants de Bryan Singer.

FICHE FILM
 
Synopsis

Adaptation moderne et résolument nouvelle de la plus ancienne équipe de super-héros Marvel, le film se concentre sur quatre jeunes génies qui se retrouvent projetés dans un univers alternatif et dangereux, qui modifie leurs formes physiques mais aussi leurs vies de façon radicale. Ils devront apprendre à maîtriser leurs nouvelles capacités et à travailler ensemble pour sauver la Terre d’un ancien allié devenu leur ennemi.