Legend (Brian Helgeland, 2015)

de le 19/10/2015
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Comme le laissait présager sa bande annonce, Legend est effectivement un « Tom Hardy show ». Se plongeant dans l’exercice du dédoublage avec un plaisir non dissimulé, son interprétation délirante ravira les fans de l’acteur autant qu’elle déconcertera ceux qui s’attendaient à un biopic consciencieux du destin des frères Kray qui tentèrent dans les années 60 de s’emparer du Royaume-Uni. Car Legend n’est assurément pas la grande fresque épique que Brian Helgeland tente de construire, mais plutôt une série B de luxe survoltée et ultra jouissive, devenue en Angleterre le plus gros succès au box-office pour un film interdit aux mineurs depuis Trainspotting.

LEGENDReggie Kray à la tête sur les épaules, est beau et appliqué, Ronnie est tourmenté, délirant et va irrémédiablement tirer son frère vers le bas. C’est cette relation qui intéresse Brian Helgeland, justifiant l’usage d’un même acteur pour incarner les deux frères par le fait qu’ils forment les deux faces d’une même pièce, éminemment différents et pourtant indissociables. Le film est étonnant dans la façon dont il dépeint des gangsters qui semblent vivre dans leur propre fantasme de vie criminelle. Si Reggie tente de se dissimuler derrière le statut d’homme d’affaire, patron de casino, son frère Ronnie ne supporte pas de rester dans l’ombre et porte une soif d’attention qui ne peut s’accorder avec l’anonymat que requiert une telle vie. Legend ne délivre sur le fond rien de nouveau, de son discours surfait sur le bien et le mal dans le milieu du crime organisé à la relation d’amour-haine entre un gangster dans l’âme et une femme qu’il détruit à petits feu, Brian Helgeland reprend des motifs connus, issus des Affranchis ou de Casino et, s’il parvient assez bien à les angliciser, ne les rend jamais véritablement tangibles. Legend manque de souffle, d’épique et n’est jamais meilleur que lorsqu’il colle à ses deux frères et à leur relation aussi toxique que truculente.

Legend 2

Avec sa voix off très solennelle, sa réalisation classieuse et sa photographie soignée, Legend fait en effet preuve d’une sobriété qui tranche totalement avec le goût assumé pour la violence et les débordements hystériques des frères Kray. Legend est avant tout un film cool, regorgeant de répliques hilarantes (« Je suis un donneur, pas un receveur… Je ne suis pas une pédale ! ») et de situations bigger than life dont cette scène où les deux frères rivalisent d’ingéniosité et de sauvagerie pour mettre à sac une dizaine d’opposants dans un pub. Le film n’est jamais meilleur que lorsqu’il crée des petites scénettes dans lesquelles Tom Hardy peut faire interagir ses deux visages. Dans leurs oppositions, le ton est toujours plus comique et absurde que tragique, de cette scène de combat fraternel hilarante où les deux hommes se retiennent de se blesser trop gravement à une scène de thé chez leur mère où ils doivent discuter à voix basse de leurs affaires criminelles. Legend est à l’image de la dualité en son centre, un film double qui ne parvient jamais à trouver son équilibre entre la fresque historique classieuse et la série B vulgaire et hilarante.

LegendPris entre le désir de délivrer une vision soignée de l’East End londonien et de ses gangsters sixties et l’envie incontrôlable de retranscrire leurs célèbres débordements avec un humour potache assumé, Brian Helgeland accouche d’un film bâtard qui frustre dans son manque d’originalité et étonne et satisfait lorsqu’il lâche la bride. Legend n’est ainsi pas la grande fresque criminelle escomptée mais à jouer constamment sur le charme très anglais de ses gangsters qui restent toujours classieux dans les situations les plus triviales, il constitue un véritable plaisir coupable, violent, vulgaire et particulièrement jouissif.

FICHE FILM
 
Synopsis

Londres, les années 60. Les jumeaux Ronnie et Reggie Kray, célèbres gangsters du Royaume-Uni, règnent en maîtres sur la capitale anglaise. A la tête d'une mafia impitoyable, leur influence parait sans limites. Pourtant, lorsque la femme de Reggie incite son mari à s'éloigner du business, la chute des frères Kray semble inévitable. Legend retrace la véritable histoire de ces deux frères, remarquablement interprétés par Tom Hardy et nous plonge dans la noirceur stylisée des quartiers de l'East End du Swinging London.