Le Retour de Godzilla (Motoyoshi Oda, 1955)

de le 19/04/2014
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Godzilla, Episode 2. En voulant capitaliser sur le succès démentiel du premier film, la Toho lance dans la foulée cette première suite qui va porter en germe l’évolution de la franchise dont on ressent encore l’influence aujourd’hui.

le retour de godzilla 2Cinq mois. C’est la durée qui sépare la sortie du premier Godzilla de celle de ce second volet, connue sous le nom de Godzilla Raids Again ou le Retour de Godzilla ou encore Gigantis, The Fire Monster.

Honda étant occupé sur rien de moins que trois autres films cette année là, le rôle de la réalisation échoue à Motoyoshi Oda, un simple exécutant pour la Toho qui va pourtant poser les bases du genre du Kaiju-Eiga, peut-être encore plus que le chef d’œuvre que constituait le premier film.

On peut ressentir l’influence du Retour de Godzilla dans chacun des 26 films japonais qui ont suivi, rien de moins. Les causes sont nombreuses : c’est le premier qui a posé l’idée de la suite opposant monstre contre monstre, le premier a avoir délaissé le propos farouchement anti-nucléaire au profit du spectacle, le premier a avoir essayé de faire glisser les personnages humains vers l’humour et le second degré et le premier a avoir osé une fin ouverte, sans tuer son monstre vedette. Il faut d’ailleurs souligner que ce Godzilla n’est pas celui d’origine, celui-ci étant mort à la fin du premier film. Et ainsi, il deviendra une règle non-écrite que tous les Godzilla des films qui suivront seront tous -sauf exception- des « deuxièmes » Godzilla, préservant ainsi le premier film dans une aura unique.

le retour de godzilla 5

On peut même émettre l’hypothèse qu’il porte en germe toute l’évolution de la franchise : en opposant Godzilla à d’autres monstres au moins aussi dangereux que lui, il parait inéluctable que le roi des monstres soit devenu pendant un long moment un héros à part entière défendant la Terre et l’humanité, puisqu’en battant ses ennemis, il les protègent de destructions supplémentaires, et ce quand bien même Godzilla reste une cause de mort et de carnage partout où il passe.

Le tout premier monstre à s’opposer à Godzilla est donc Anguirus, un dinosaure géant à cornes et à carapace, lui faisant ressembler à un mélange entre une tortue, un hérisson et un ankylosaure shooté aux stéroïdes. Le pauvre Anguirus est hélas un pâle combattant face à Godzilla et leurs combats tournent à sens unique en faveur de ce dernier. Les batailles ont un côté étrange, elles assomment par leurs effets parfois archaïques et à d’autres moments leur brutalité impressionne, les deux opposants se battant de manière animale, plutôt que des combats de catch comme cela deviendra la tradition plus tard.

le retour de godzilla 6Si il a énormément vieillit, Le Retour de Godzilla reste très intéressant dans ce qu’il apporte à la franchise. Par exemple, il s’agira d’un des rares opus de son époque à tenter de garder un ton sérieux et à vouloir garder Godzilla dans l’image d’une menace mortelle à prendre aussi au sérieux qu’une attaque nucléaire. Cela est d’ailleurs souligné par le noir et blanc plutôt beau, le dernier à avoir été tourné ainsi.

Sans génie à la réalisation ou au scénario, sans même des scènes de destruction ou de batailles particulièrement impressionnantes, le film a pourtant un charme qui lui est propre, il ne vire pas trop dans la gaudriole et surtout Godzilla a encore une présence parfois menaçante, malgré un nouveau design de son costume qui atténue sa masse et lui donne un côté un peu trop fin. C’est peu pour en faire un bon film, mais dans la perspective des 30 films produits, ce n’est certainement pas l’un des pires, loin de là.

A réserver aux cinéphiles curieux, donc.

FICHE FILM
 
Synopsis

Deux monstres apparaissent sur les côtes japonaises, se livrant une bataille féroce. L'un est reconnu comme étant Godzilla, l'autre un nouveau dinosaure nommé Anguirus. Les deux monstres se suivent jusqu'à Osaka, semant la mort et la destruction partout sur leur passage. Les autorités japonaises mettent alors en branle un plan pour sauver les populations...