Godzilla vs Space Godzilla (Kensho Yamashita, 1994)

de le 28/05/2014
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Godzilla, Episode 21. Après une suite d’opus modernisant des ennemis classiques de Godzilla, la Toho change son fusil d’épaule pour les deux derniers volets de l’ère Heisei en créant des kaijus originaux. Le premier deviendra le plus hallucinatoire de son époque, à savoir : Spacegodzilla.

Godzilla vs SpaceGodzilla 1Spacegodzilla. Le simple nom est assez surréaliste en soi pour évoquer le sens du larger than life propre à la fiction japonaise. « Spacegodzilla »…like godzilla, but SPACE ! Et du Space, il a du en bouffer le scénariste, parce qu’on revient avec ce volet à un pur délire totalement perché.

Sur Terre, l’armée japonaise prépare sa riposte après la destruction de Mechagodzilla et récupère ses restes pour les retailler dans un nouveau mecha, Moguera. Proche des sentaï des années 90, ce robot manque cruellement de charisme ou d’un design efficace et est tombé dans l’oubli assez vite. Dans le film, il ne sert que de relais à l’intrigue, faisant la jonction entre les humains, toujours aussi creux et patauds et les kaijus qui suivent leur propre chemin.

Godzilla vs SpaceGodzilla 2

Les kaijus, parlons-en. Mothra continue de patrouiller dans l’espace à la recherche d’une comète devant percuter la Terre (thème ô combien récurrent des années 90) et tombe en chemin sur un monstre de l’espace prenant la direction de notre planète. Elle envoie alors un émissaire pour prévenir les humains du danger imminent. Le monstre en l’occurrence débarque sur Terre et ressemble à s’y méprendre à Godzilla, à la différence près qu’il a une couleur plus sombre, est bien plus grand et massif et est pourvu d’énormes cristaux sur les épaules en plus de cornes sur la tête. On ne connaîtra jamais les véritables origines de ce Spacegodzilla puisque même les scientifiques du film divergent sur sa provenance. Certains pensent qu’après son combat avec Godzilla, Mothra a traîné dans l’espace avec elle des cellules du roi des monstres. Les cellules auraient fusionnés avec un trou noir et grâce aux radiations, auraient produit une forme de vie cristalline d’où aurait émergé un clone un peu différent de Godzilla. Se souvenant de sa provenance génétique, il cherche à retourner sur Terre pour conquérir/détruire la planète. Pourquoi pas. Deuxième hypothèse : Biollante, en s’éjectant dans l’espace au moment de sa mort aurait expulsé ses cellules-clones de Godzilla dans le trou noir qui seraient ressorti par un trou blanc (logique) sous la forme qu’on connaît. Sachant que Biollante a été rétro-activement effacé de la continuité suite aux voyages temporels de Godzilla Vs King Ghidorah, on conviendra que tout ceci est une source de migraines assez prodigieuse.

Godzilla vs SpaceGodzilla 3Spacegodzilla, donc, fonce sur Terre. Il tombe en chemin sur Moguera, qui se prend une méchante dérouillée au milieu du vide intersidéral. Le méchant du jour continue sa course jusqu’à atterrir au Japon, et tombe très vite sur Godzilla et son fils, Godzilla junior (ou « Little Godzilla »). Spacegodzilla torture le fils et le kidnappe dans une bulle d’énergie tandis que Godzilla se fait proprement humilier par son alter-égo de l’espace. Tout ceci commence très étrangement à ressembler à l’histoire de Raditz dans Dragon Ball Z jusqu’au moment où Spacegodzilla trouve une ville où il contamine tout l’environnement en la couvrant de cristaux géants d’où il pompe l’énergie pour devenir encore plus puissant. Après de très longs tunnels verbaux et d’hésitations, Moguera et Godzilla font équipe pour aller sauver le pauvre petit des griffes de l’improbable alien.

Godzilla vs SpaceGodzilla 4

Le mecha et le kaiju jettent toutes leurs forces dans la bataille. Moguera est vite surclassé, tandis que Godzilla fait appel à son nouveau super-souffle atomique (revoir Godzilla vs Mechagodzilla 2) pour vaincre la bête. Après un long duel rempli de destructions et d’explosions, Godzilla reprend son titre du Roi des Monstres en venant à bout de la monstruosité galactique.

Marquant le 40ème anniversaire de la saga, Godzilla vs Spacegodzilla est probablement le plus mauvais film de toute l’ère Heisei. Scénario d’une pauvreté absolue, clichés de s-f mal digérés, intrigues incohérentes, enjeux mal posés, structure narrative hyper-déséquilibrée et personnages peu attachants, c’est tout ce qu’on peut retenir au premier degré du film. La réalisation est loin d’être à la hauteur des volets précédents et globalement, on s’ennuie une bonne heure entière entre les rares séquences où il se passe vraiment quelque chose, c’est-a-dire lorsque l’antagoniste provoque l’action, ce qui est déjà un oxymore en soi.

Godzilla vs SpaceGodzilla 5Et pourtant. Pourtant, c’est un opus qu’on découvre les yeux écarquillés par l’absurdité de son scénario et auquel on revient avec plaisir justement pour tous ses excès. Le film est tout simplement à mourir de rire au second degré et peut très facilement devenir un plaisir coupable, voire pas coupable du tout. Tout y est over-the-top : les maquettes semblent aller jusqu’à perte de vue, les séquences de combat très longues et tout le monde passe un sale quart d’heure sans exception avec des passages bourrins et décomplexés. C’est l’épisode où ils seront allés jusqu’à mettre une version XL de Godzilla qui vole dans l’espace.

Et c’est ce sens délicieux du larger-than-life propre au kaiju-eiga qui sauve le film du naufrage total. On sent la Toho a bout de souffle et d’idées pour sa star et ceci explique peut-être le ton de ce chapitre, sciemment plus léger et immature que les autres volets de l’ère Heisei, comme pour équilibrer avec son successeur. Car un an plus tard sortira le bien plus sombre Godzilla vs Destoroyah, qui signera la fin de l’âge d’argent de Godzilla dans les flammes et les ténèbres par le crépuscule d’un dieu. Mais ceci est une autre histoire.

FICHE FILM
 
Synopsis

Tandis que l'armée japonaise reconstruit un nouveau mecha pour venir à bout de Godzilla, la mite géante Mothra croise dans l'espace un monstre bien plus terrible se dirigeant tout droit sur la Terre : Spacegodzilla.