Godzilla vs Mothra (Takao Okawara, 1992)

de le 25/05/2014
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Godzilla, Episode 19. Après King Ghidorah, la Toho continue de ramener ses kaijus fétiches pour affronter Godzilla. Cette fois, c’est au tour de Mothra, la grosse mite, qui n’avait pas connu tel honneur depuis trois décennies.

Godzilla vs Mothra 1Mothra incarne à elle seule la part de merveilleux inhérente au genre du kaiju-eiga. On voit le genre souvent réduit à deux types en costume en caoutchouc s’affrontant au milieu de maquettes, mais Mothra transcende cette image. Voilà un papillon dont l’envergure des ailes dépasse la largeur des buildings. Ses apparitions sont précédées d’un appel lyrique, chanté par deux jumelles de 5cm de haut. Ses ailes battent souvent au ralenti, avec une musique douce et étrange, faisant baigner son image dans un onirisme asiatique évoquant une innocence propre à l’imaginaire d’un enfant.

Godzilla vs Mothra 2

Et quand la Toho a lancé ce Godzilla vs Mothra en 1992, on s’attendait à replonger dans cette ambiance douce et colorée du film des années 60, Mothra vs Godzilla, qui est resté comme un des épisodes marquants de la saga. Le film répond à cette attente, mais en dévie pour devenir une œuvre autonome, se distinguant par le traitement apporté à l’énorme mite.

Cette fois, Mothra s’éveille pour équilibrer l’ordre naturel du climat de la planète, trop maltraité par la main de l’homme au cours des derniers millénaires. Godzilla de son côté, toujours partant pour une bonne omelette aux champignons, s’apprête à attaquer un œuf géant, semblable à celui qui renfermait Mothra. Mais celui-ci renferme son jumeau maléfique, Battra, qui lui veut équilibrer les choses en provoquant un maximum de morts et de destruction. Fatalement, les relations se compliquent entre les trois créatures et chacun finit par vouloir tuer les deux autres.

Godzilla vs Mothra 3Les deux mites au stade larvaire finissent après quelques batailles épiques par se transformer en magnifiques papillons géants. Elles mettent même leurs différends politiques de côté pour s’allier face à Godzilla et s’affrontent en plein milieu de la ville, jusqu’à ce que mort s’ensuive. Battra se fait tuer par Godzilla, ce dernier retourne à l’océan une fois de plus et Mothra s’envole dans l’espace pour protéger l’humanité d’un astéroïde se dirigeant tout droit sur notre planète. L’humanité commence à comprendre leur responsabilités à prendre soin de mère Nature, sous peine d’avoir les villes ravagées et des millions de morts causées par des papillons géants.

Godzilla vs Mothra 4

Simple et efficace, Godzilla vs Mothra vise le classique dans le genre tout en y apportant des petites touches de modernité. Ainsi, les intrigues humaines se résument à un sous-Indiana Jones plutôt drôle et naïf, avec une aventure impliquant les héros pour trouver les racines de Mothra et les « Cosmos », les fées-aliens millénaires lilliputiennes aux origines inexplicables, déclamant un propos écologique porté bien plus sérieusement dans ce volet que d’habitude. Pour une fois que les intrigues humaines ont un minimum d’intérêt, c’est à souligner.

En dehors de cela, les scènes de kaijus sont superbes. Le design moderne de Mothra fonctionne très bien, Battra est un ajout bienvenue qui amène plus d’enjeux et leurs affrontements avec Godzilla font partie des meilleurs du genre. On trouve enfin une idée brillante de mise-en-scène : les batailles et les destructions se déroulent en partie de nuit, ce qui donne un look totalement différent aux effets spéciaux. La direction de la photo est un peu plate, mais ce simple ajout suffit à faire démarquer les séquences, en leur donnant une impression propre, là où tellement de batailles ont finit par se confondre dans l’anonymat. Du même coup, on perd une bonne partie du lyrisme propre à l’iconographie de la mite millénaire, mais on gagne un film avec un parti-pris, ce qui est très bienvenu.

Godzilla vs Mothra 5On regrettera juste que Godzilla joue les seconds rôles, servant simplement de fonction pour faire avancer l’intrigue. Si il avait eu droit à une part active dans la destruction de Tokyo et un scénario se servant du nucléaire pour appuyer justement son propos écologique, il n’y a nul doute qu’on aurait affaire ici au meilleur opus des années 90.

Faute d’une histoire assez subtile ou adulte, Godzilla vs Mothra manque de peu d’accéder à un statut légendaire. Cependant, grâce à son traitement sérieux et ses scènes de kaiju-eiga classiques et solides, il remplit très bien son job, avec son lot d’images fascinantes pour tout amateur du genre.

A noter que le succès du film a remis sur le devant de la scène Mothra au point que la Toho en a tiré une trilogie de Spin-offs baptisée Rebirth of Mothra, sortie en 1996, 1997 et 1998. Ces trois films, ciblés pour un public jeune, sont assez peu recommandables du point de vue cinématographique mais ils ont le mérite de développer une mythologie propre à l’énorme mite et recèle de somptueuses créations de kaijus. Les complétistes et autres cinéphiles stakhanovistes savent ce qu’il leur reste à faire…

FICHE FILM
 
Synopsis

Pour punir l'homme et ses méfaits sur la Terre, la Nature envoie deux divinités au Japon pour ré-équilibrer la balance. Godzilla en profite pour se réveiller et s'en mêler, annonçant un combat d'anthologie entre les trois monstres.