Godzilla: Tokyo S.O.S. (Masaaki Tezuka, 2003)

de le 31/05/2014
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Godzilla, Episode 28. Suite directe de l’extraordinaire Godzilla X MechaGodzilla, Tokyo SOS pousse d’un cran les enjeux en ajoutant à la bataille, en plus du Roi des monstres et de son double mécanique, la mite géante Mothra, remontée a bloc. Mecha Vs Kaiju, Round 2 : Fight !

Godzilla, Mothra, Mechagodzilla- Tokyo S.O.S. 1Savez-vous combien de films live ont opposé un robot géant à un kaiju entre la sortie de Godzilla : Tokyo SOS, sorti en 2003 et Pacific Rim, sorti en 2013 ? Absolument aucun. Zéro. Nada. Autrement dit, ce film constitue à ce jour la dernière incursion dans ce sous-genre mélangeant Mechas et Kaijus par le cinéma japonais. Ce n’est pas un mal en soi, tant cet épisode et son prédécesseur font office du meilleur du genre pour du kaiju-eiga classique, c’est-a-dire avec des hommes en costumes pour jouer les monstres.

Grâce à la construction narrative de Godzilla X MechaGodzilla, ce Tokyo SOS ne s’embarrasse d’aucune scène d’exposition inutile et fonce à l’essentiel : les combats entre les kaijus. En plus de Godzilla, MechaGodzilla et Mothra, on a droit à des guests surprises chez les monstres avec un Kamoebas, apparu à l’origine dans Space Amoeba, un kaiju-eiga de 1970 réalisé par Ishiro Honda, et même des Mothra au stade larvaire, prêtant main forte à leur mère dans les combats.

Godzilla, Mothra, Mechagodzilla- Tokyo S.O.S. 2

Tokyo SOS est le récit d’un combat désespéré où toutes les forces possibles sont jetées dans la bataille pour tenter d’arrêter Godzilla, reprenant ici son rôle de véritable menace. Les humains font ce qu’ils peuvent pour aider Mothra et réparer Kiryu pour combattre leur ennemi commun, chacun n’hésitant pas à se sacrifier pour protéger ses alliés. La bonne idée du film est d’avoir opté pour un Godzilla surpuissant, pouvant écraser Mothra ou Kiryu sans problèmes, rendant les combats difficiles et provoquant l’empathie pour tous les kaijus. L’autre bonne idée est d’avoir attribué une bonne portion du métrage à l’action, juste de quoi laisser quelques respirations pour ne pas faire basculer le rythme dans une répétition de destructions et de combats de kaijus.

Godzilla, Mothra, Mechagodzilla- Tokyo S.O.S. 3Ces scènes sont dans la lignée de leur prédécesseur : bien mises en scène, spectaculaires, prenantes et remplies de petites idées qui les démarquent de la masse de films de la saga, comme des blessures mortelles, des nouveaux coups ou des plans de pure tension entre les trois monstres. Le design de Mothra a été un peu revu depuis le fameux GMK de 2001, poussant sa modernisation au maximum, en rendant son style de combat plus agressif et rapide. C’est un ajout bienvenu au duo, même si on a du mal à comprendre pourquoi elle cherche absolument à remettre les ossements du premier Godzilla en mer.

Godzilla, Mothra, Mechagodzilla- Tokyo S.O.S. 4

Les scènes des humains perdent un peu d’intensité par rapport au film précédent, ce qui est dû en partie au fait qu’ils ont moins de choses à faire dans la narration à part assister impuissants à la destruction de Tokyo. Il faut ajouter à cela un démarrage un peu boiteux pour permettre l’incursion de Mothra dans l’histoire, et un manque d’émotion dans le lien travaillé entre le Godzilla de 1954 et sa version Millenium, alors qu’il y avait une dynamique dramatique à exploiter, située à mi-chemin entre le final fraternel de Rocky II et Kramer contre Kramer, un autre kaiju-eiga sur lequel on reviendra peut-être un jour.

Mais même sans cette émotion, Tokyo SOS fait partie des divertissements les plus généreux de la saga. Il met à l’honneur de manière magistrale tous ses monstres, et sans génie à la réalisation, parvient néanmoins à tirer de très belles séquences de kaijus. Le reste, c’est de la littérature.

FICHE FILM
 
Synopsis

Les fées jumelles préviennent l'humanité que les os du premier Godzilla, restés prisonniers du corps de MechaGodzilla, doivent retourner à la mer pour connaître le repos, sans quoi Mothra déclarera la guerre au genre humain. Godzilla, a peine remis de son combat contre son alter-égo robotique, recommence à attaquer le Japon. MechaGodzilla et Mothra vont s'allier pour tenter de sauver Tokyo de la destruction totale.