Europa Report (Sebastián Cordero, 2013)

de le 10/07/2013
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Repéré par Guillermo del Toro qui a produit deux de ses premiers longs métrage (Rabia et Investigations, produit également par Alfonso Cuarón, via Tequila Gang), l’équatorien Sebastián Cordero a légèrement peiné à faire ses preuves. Il se retrouve cette fois aux commande d’un petit budget de SF pour mettre en scène un scénario signé Philip Gelatt. Dans la tendance plus vraie que vraie du found footage en vigueur dans le thriller et le cinéma d’horreur, Europa Report a beau se targuer d’une certaine caution scientifique, il n’en reste pas moins un film extrêmement mineur et mal construit, en plus de souffrir de son manque de moyens.

Si les territoires hispaniques semblent être un vivier de talents inépuisable, certains réalisateurs plutôt prometteurs tombent bien rapidement dans les pièges que leur tend une production US formatée au possible. Après Apollo 18, catastrophe signée du pourtant pas mauvais Gonzalo López-Gallego, voici Europa Report de Sebastián Cordero. L’idée est simple, traiter une mission spatiale en adoptant la forme du found footage, soit le gros caillou dans la chaussure du cinéma de genre depuis quelques années. Sans grande surprise, le résultat est faible, s’appuyant sur des motifs répétés jusqu’à l’épuisement et à peu près sans aucun idée de cinéma qui serait neuve. Le concept mis en avant par les créateurs d’Europa Report est que le film est articulé autour de faits scientifiques avérés, s’appuyant d’ailleurs sur certaines découvertes plutôt récentes. Et en effet, les éléments avancés quant à la probable présence d’une forme de vie dans l’océan gigantesque gisant sous la glace d’Europa, sont approuvés par la communauté scientifique. Cependant, apporter au film une caution c’est bien, mais en tirer quelque chose de solide en terme de narration et de cinéma tout simplement, c’est mieux. C’est le problème d’Europa Report.

Europa Report 1

Le film manque cruellement de cohérence et de précision, deux éléments essentiels au cinéma de science-fiction. Il y a tout d’abord cette construction un peu bâtarde qui cherche à brouiller les repères temporels. L’idée est clairement de créer un suspense autour du membre d’équipage qui manque à l’appel, un faux suspense malheureusement tant le drame est une évidence compte tenu des éléments portés à l’écran par rapport à sa suite. Europa Report souffre de ce faux suspense qui n’aide pas vraiment une narration déjà peu emballée, bâtie sur un rythme sans la moindre intensité. Cela jusqu’au final bien entendu, au moment où tout ce petit monde se rend compte qu’il va falloir faire vivre quelque chose au spectateur à un moment donné. Un final par ailleurs complètement foiré en terme de dramaturgie, démontrant que le film ne reprend de son modèle bien mis en évidence, Abyss, que les éléments les moins forts. Sous ses aspects extrêmement sérieux, Europa Report est une sorte de cache-misère, relativement tant il peine à la cacher, pour une série B flemmarde. D’autant plus que malgré toute la belle caution scientifique, le film se paye le luxe d’incohérence grossières bien visibles à l’œil du profane. La notion de gravité artificielle pendant le vol est balayée un peu vulgairement, les rapports d’échelle ne sont pas respectés (voir la taille de Jupiter), la lumière sur Europa semble identique à celle sur notre Lune, chose à peu près impossible, la température et la pesanteur à sa surface n’ont visiblement pas fait l’objet d’un quelconque questionnement, etc. Aussi paradoxal cela soit-il, Europa Report se targue d’une approche scientifique précise mais se voit plombé par d’innombrables approximations. La conséquence est fatale : impossible d’y croire une seule seconde, soit le pire des échecs pour un film de science-fiction.

Europa Report 2

A ces soucis s’en greffent d’autres internes à la cohérence du film, à l’image de cette glace, élément essentiel de la narration, et qui dans une séquence semble mesurer des kilomètres puis dans la suivante quelques centimètres tout au plus. L’excuse du petit budget n’est même pas valable tant justement, les auteurs auraient dû tout bétonner pour transcender cette absence de moyens. D’autres l’ont réussi avant eux. Mais pour Sebastián Cordero, ça ne fonctionne pas. Ce manque de budget le pousse à utiliser des effets numériques globalement dégueulasses, à limiter sa mise en scène à l’utilisation d’images de caméra fixes, qu’il s’agisse de caméras de surveillance de la navette ou de celle de la salle d’interviews. Le tout avec un traitement de l’image semble-t-il bâclé étant donné le rendu numérique de base, extrêmement peu élaboré, que ne transcende jamais un découpage un tant soit peu inventif. Concrètement, Europa Report est un film assez laid et à peu près aussi ennuyeux que tous ses congénères en mode found footage. Ce qu’il a pour lui, ce sont des bons acteurs plutôt bien dirigés. S’il reste difficile d’y voir de véritables scientifiques, l’ensemble compose des prestations très solides en terme de jeu, à tel point que toute l’émotion passe par leur interprétation et non par la narration. En tête, l’excellent Sharlto Copley, une fois de plus irréprochable, mais également Daniel Wu ou Michael Nyqvist, qui apportent un certain intérêt à la chose. Une tâche ardue tant le film peine à créer l’illusion et à imposer des images fortes, dont ne surnagent qu’une ou deux séquences largement supérieures à la médiocrité de tout le reste, et notamment en terme d’intensité dramatique. Un film sans grand intérêt malgré les apparences.

FICHE FILM
 
Synopsis

Europa Report suit une mission spatiale vers la lune de Jupiter Europa, pour enquêter sur une possible existence extraterrestre dans notre système solaire. Lorsque les sondes suggèrent qu'un océan caché pourrait exister sous la surface gelée d'Europa et pourrait contenir une forme de vie unicellulaire, Europa Ventures, une société d'exploration spatiale privée, envoie six des meilleurs astronautes mondiaux afin de confirmer ces données et chercher les découvertes révolutionnaires qui peuvent se trouver dans l'océan Europan. Après une panne technique quasi-catastrophique qui entraîne une perte de communication avec la Terre et la mort tragique d'un membre de l'équipage, les astronautes survivants doivent surmonter les conséquences psychologiques et physiques d'un long voyage dans l'espace, et survivre à une découverte sur Europa qui dépasse toutes les attentes...