Tonnerre sous les Tropiques (Ben Stiller, 2008)

de le 13/12/2008
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

4ème long métrage pour Ben Stiller en tant que réalisateur, Tropic Thunder nous arrive dans un climat cinématographique où la comédie n’est plus très drôle et où l’originalité n’est plus de mise. Un pitch plein de promesses, des trailers non moins encourageants… Le risque de pétard mouillé était bien présent, mais Stiller s’en sort avec les honneurs et même plus.

D’entrée de jeu on a droit à 3 fausses bandes-annonces et une fausse pub, manière originale de présenter les protagonistes principaux mais surtout terriblement drôle. On n’avait pas autant ri depuis longtemps! Hyper parodiques, les 4 séquences se posent comme le moment le plus hilarant du film et annoncent bien dans quel esprit se situe la suite. De toute façon, rien que pour le « I’ve been a bad boy father » qui clôture le trailer de Robert Downey Jr., il faut le voir!

Ensuite, tout ce que nous promettait la bande-annonce se déroule sous nos yeux. On assiste à un spectacle mêlant habilement action et comédie, et même si on note quelques baisses de rythme par ci par là, l’ensemble est tout de même très très fort!

Les séquences d’action sont énormes et font dans la surenchère d’effets pyrotechniques, certaines séquences sont même étrangement gores entre éviscérations et explosions de membres (la scène où Ben Stiller s’amuse avec la tête du réalisateur est géniale!). On a même droit à une séquence « ninja » avec Robert Downey Jr. qui fait une entrée fracassante dans le village des narco-trafiquants! Que du bonheur!! Le film nous replonge dans les plus belles parodies (des ZAZ à Mel Brooks), genre tombé dans le ridicule avec les Scary Movie. Sont cités les plus beaux films de guerre, de Rambo à Platoon, mais toujours intelligemment.

Mais Tropic Thunder c’est aussi une critique et une mise en abîmes féroce d’Hollywood. En effet que ce soient ces caricatures d’acteurs (le has-been, l’actor studio qui ne se défait pas de son rôle, le roi du comique vulgaire…) ou les situations (entre l’agent et le producteur, le réal et les acteurs…), Tonnerre sous les Tropiques ne fait pas dans le tendre et tape sur tout ce beau monde. On sent même au détours de quelques scènes presque émouvantes une sorte de psychanalyse à l’écran pour Stiller, ça en est presque dérangeant.

Mais c’est surtout pour son potentiel comique immense que le film est une réussite, on avait pas autant ri depuis très longtemps. C’est de l’humour pas toujours fin mais qui fait preuve parfois d’une méchanceté et d’une absence de morale qui fait plaisir et qui rassure même sur ce qu’on peut encore espérer voir à l’écran.

Et si l’ensemble du casting pourtant très bon est très largement dominé par Downey Jr. qui écrase tout le monde par sa performance, on se réjouit de cette auto-dérision salvatrice! Et puis c’est pas tous les jours qu’un Tom Cruise méconnaissable nous sort des pas de hip-hop venus d’un autre monde!

FICHE FILM
 
Synopsis

Un casting d'enfer pour un voyage... au bout de l'enfer ! En tête d'affiche : Tugg Speedman, la star du film d'action, en chute libre depuis ses trois derniers navets. A ses côtés : Jeff Portnoy, spécialiste des comédies (très) bas de gamme, avide de prouver ses qualités de comédien ; Kirk Lazarus, acteur "Méthode" multi-recompensé et 100 % givré ; Chino, superstar pop et fan d'Al Pacino ; et Kevin Sandusky, le fringant petit jeune tout heureux de faire partie de la bande. Cinq egos surdimensionnés au service du "plus grand film de guerre de tous les temps". Sur le papier, ça se tient (ou presque), mais sur le tournage tout dérape : les caprices des stars et l'incapacité du réalisateur, Damien Cockburn, font grimper les frais à une allure vertigineuse, au point que le studio décide de tout arrêter... C'est alors que Damien a l'idée "géniale" d'entraîner sa petite troupe au coeur du Triangle d'Or pour une expérience de "cinéma-vérité" d'un genre inédit. Mortel...