Terminator Renaissance (McG, 2009)

de le 15/06/2009
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

On l’attendait tous fébrilement ce nouvel épisode de la saga inventée par James Cameron en 1985 et qu’il avait déjà abandonné lors du troisième épisode (que je n’ai pas vu), d’autant plus que derrière la caméra il y a un réalisateur dont le CV ne laisse pas supposer la moindre aptitude à réaliser un blockbuster de cette ampleur et aussi attendu: McG, à qui on doit les très cons mais très funs Charlie’s Angels… Et bien le résultat a de quoi faire taire les mauvaises langues!! A la fois respectueux de l’univers dans lequel il s’aventure et suffisamment novateur pour justifier le titre de son film, il livre un pur produit de Science Fiction bourrin à souhait, qui cumule les morceaux de bravoure, étale une galerie de robots hallucinante (ça s’annonce bon pour la suite ça!) et pourtant il réussit à quand même nous décevoir… mais juste un petit peu!

LA grosse déception c’est quand même qu’on nous a vendu un film centré sur le personnage de John Connor alors que finalement il ressemble plus à un second rôle qu’autre chose!!! Le film s’intéresse essentiellement à Marcus, un criminel exécuté et qui pourtant réapparaît 15 ans plus tard… on se doute un peu pourquoi… Cela dit quand on sait que le film a été amputé d’une demi-heure pour augmenter le nombre de séances quotidiennes on comprend que le remontage doit y être pour beaucoup dans cette distribution des rôles et dans le manque de profondeur des personnages de Christian Bale et Bryce Dallas Howard dont on ne sait presque rien…

Par contre le personnage de Marcus est très approfondi et surtout il est impeccablement interprété par Sam Worthington qui se révèle être un excellent acteur (il sera d’ailleurs en tête d’affiche d’Avatar de James Cameron). Il incarne cette sorte d’anti-héros absolument passionnant, son regard magnétique nous capte à chaque scène et puis il y a cette ressemblance flagrante avec Arnold Schwarzenegger qui éclate dans plusieurs scènes selon l’angle de caméra… En gros entre son interprétation et le scénario vraiment axé sur lui, il vole la vedette sans trop de problème à Christian Bale qui avait pourtant le rôle principal du film!!

Autre point qui vient poser problème, c’est comment le film s’inscrit dans la saga… ça fait plusieurs années que je n’ai pas vu les deux premiers et je n’ai pas vu le troisième mais il me semble que certains éléments ne collent pas… un en particulier: comment ça se fait que le père de John, Kyle Reese, soit un enfant?? Ca ajouté à de petites incohérences de scénario (l’évacuation des prisonniers de Skynet alors que Connor y va à priori tout seul…! font que le point fort du film n’est pas là. Par contre malgré ces petits soucis les fans de la saga seront aux anges devant tous les clins d’oeils aux films précédents: fusil à pompe à une main, course poursuite moto-poids lourd, final dans un milieu industriel… et puis la présence DU Terminator, le T-800 sous les traits de Schwarzy!!! L’effet numérique est bluffant de réalisme en plus de donner des frissons.

Et il y a cette réussite qu’on attendait pas, la mise en scène de McG! Il délaisse ses délires aux couleurs pops et aux jolies filles sans problème pour livrer un film d’une maîtrise impressionnante. Avec des couleurs désaturées comme un film de guerre, des images d’un monde post-apocalyptique hyper réalistes, des plans séquences dans l’action qui, s’ils ne sont pas aussi complexes que ceux des fils de l’homme ou de Cloverfield, laissent tout de même rêveur par leur maîtrise (celui avec l’hélicoptère est vraiment impressionnant). McG réalise donc un épisode qui ne manque pas de personnalité dans sa réalisation, c’est vraiment excellent de ce côté là.

Et puis quand on va voir un Terminator, on va surtout voir un film d’action, et sur ce point on est servi. 1h45 quasiment non-stop de violence, d’explosions, de coups de feu, de course poursuite… on ne s’ennuie jamais, le spectacle nous en met plein les yeux et les oreilles. En plus on a droit à la présence de ce trop rare Michael Ironside.

Terminator Renaissance porte bien son nom, il s’agit là d’un tout nouveau départ qui apporte une évolution considérable dans la saga (y compris au niveau narratif) tout en étant extrêmement respectueux des films passés (et la balance entre nouveauté et hommage est difficilement gérable). Le résultat souffre de quelques défauts qui risquent d’être effacés quand on verra le film dans sa durée originale puis intégré à la nouvelle trilogie, mais en l’état c’est tout à fait ce qu’on était en droit d’attendre d’un blockbuster estival sévèrement burné, jusqu’à cette fin presque mielleuse typiquement hollywoodienne qui n’est vraiment pas la conclusion idéale (la morale de la fin prévue à l’origine était bien plus douteuse, dommage, McG en parle ici). Mais c’est pas si grave car tout ce qui se passe avant, c’est assez grandiose, jouissif et ça remonte le niveau après un Terminator 3 bien fadasse.

FICHE FILM
 
Synopsis

En 2018, après l'apocalypse qui a vu s'affronter les hommes et les robots, John Connor est devenu le chef de la résistance humaine contre Skynet et son armée de Terminators. Sa vision du monde est pourtant remise en cause par l'apparition de Marcus Wright, un inconnu qui se souvient seulement de s'être trouvé dans le quartier des condamnés à mort. Connor doit découvrir si Marcus a été envoyé du futur ou s'il est un rescapé du passé. Alors que Skynet prépare l'assaut final, Connor et Marcus s'engagent dans une odyssée qui va les mener au coeur même des opérations de Skynet. Ils y perceront le terrible secret qui se cache derrière l'annihilation programmée de l'humanité tout entière...