SPL (Wilson Yip, 2005)

de le 05/05/2009
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Sha Po Lang: 3 étoiles représentant la mort, l’élimination et la cupidité, et qui peuvent dans leur combinaison changer le destin des hommes… Beau titre pour un film dont la sortie était précédée d’un gros buzz (à relativiser tout de même, seulement chez les amateurs de cinéma HK) annonçant une révolution du polar HK (encore une…) et une violence des affrontements inédite. Le risque d’avoir au final un pétard mouillé était grand mais grâce au talent du réalisateur et de ses acteurs, le résultat tient quasiment toutes ses promesses. Et les promesses, en réunissant deux légendes du film d’action (Donnie Yen et Sammo Hung) en tête d’affiche et celui qu’on considère comme le nouveau Jet Li (Wu Jing), elles étaient plutôt énormes.

S’il fallait classer SPL dans un genre précis, ça serait un polar martial. La construction du film est plutôt classique, avec des enjeux dramatiques déjà vus mais toujours efficaces. Les 2 premiers tiers du film ne manquent pas de rythme et présentent bien les personnages. La première partie s’inscrit vraiment dans un schéma classique puis bascule tout d’un coup dans une noirceur qu’on attendait pas vraiment, avec en particulier le personnage du tueur interprété par Wu Jing. Tout cela pour en arriver à une dernière partie comportant 2 combats qui arrivent comme une délivrance tant on les attend (on n’oublie pas une bande annonce avec Sammo Vs. Donnie!) autant que les acteurs. Le 1er met en scène Donnie Yen et Wu Jing, le second Donnie Yen et Sammo Hung.

Ces 2 combats représentent la vraie révolution qui accompagne le film. En effet les chorégraphies sont très réalistes, les coups font vraiment mal… on est loin du côté fantaisiste imposé par Tigre et Dragon et ses descendants, les WXP L’oréal. Ici c’est à la limite de la baston de rue, les câbles ne sont utilisés que pour souligner certaines projections, il est clair que l’influence du phénomène Ong Bak y est pour beaucoup. On pourra juste regretter que le fight Donnie vs. Wu Jing soit trop court car niveau mouvements et mise en scène c’est le meilleur, celui avec Sammo étant légèrement décevant avec une mise en scène un peu trop molle… on était en droit d’en attendre plus même si ça dépasse de loin beaucoup de productions récentes.

Au niveau de l’interprétation, c’est génial! Si Donnie Yen (Hero, Seven Swords, Twins Effect 2…), également chorégraphe, est l’incarnation même de la classe, son jeu n’est pas au maximum et il prend un peu trop la pose. C’est Simon Yam (Election, Filatures, Sparrow… en flic revanchard et mourant qui lui vole la vedette. Avec en face un Sammo Hung (Eastern Condors, l’Exorciste Chinois, Blade of Fury…) revenu d’une période difficile qui incarne un parrain mafieux froid, cruel et  impressionnant de crédibilité! Le jeune Wu Jing (Drunken Monkey, Legend of Zu, Tai Chi Boxer…) impressionne également malgré son petit rôle tant sa performance martiale est hallucinante!

Si la révolution annoncée n’en est pas vraiment une, à cause d’une trame qui reste finalement classique et d’une musique passablement atroce, le film restera dans les réussites de Hong Kong pour l’interprétation au poil, une réalisation qui n’en fait jamais trop tout en étant d’une classe exemplaire, des combats impressionnants, de purs moments de cinéma magiques et une photographie très haut de gamme. Donnie Yen a trouvé avec Wilson Yip le réalisateur parfait pour s’exprimer.

FICHE FILM
 
Synopsis

Le détective Chan met tout en oeuvre pour arrêter Po, un chef de gang impitoyable. Il est aidé par Ma, un policier intègre, expert en arts martiaux, dont les méthodes violentes déplaisent à la hiérarchie…