Shine a Light (Martin Scorsese, 2008)

de le 20/04/2008
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Il y a toujours eu une connexion entre l’oeuvre cinématographique de Martin Scorsese et la musique des Stones. Leur musique a éclairé parmi les plus belles séquences de Mean Streets, Les Affranchis, les Infiltrés ou Casino. Il s’agit d’une partie de l’histoire d’amour entre le réalisateur italo-américain et la grande époque du Rock (on se souvient de The Last Waltz, documentaire sur The Band), c’était donc un peu son rêve de pouvoir mettre en scène la couverture de ce concert exceptionnel des papys du rock à new York, sa ville chérie… tout un symbole.

Les premières minutes montrent l’envers du décor, l’impossible organisation de l’entreprise, Scorsese qui ne reçoit la liste des morceaux que juste avant le début du show alors qu’il doit adapter sa mise en scène en fonction de la musique… mais c’est du cinéma, on sait que tout va bien se passer. Il crée pourtant une petite tension le bougre! On passe sur l’épisode Clinton aussi inattendu qu’inutile, mais amusant, et ILS entrent enfin sur scène. Et ces légendes vivantes âgées aujourd’hui de 60 ans vont prouver pendant 2 heures qu’ils n’ont perdu ni le talent ni l’énergie. Ça s’appelle imposer le respect! Et le génie Scorsese de capter cette énergie et cette émotion.

Véritable concert filmé (il ne faut pas s’attendre à un documentaire sur la carrière des Stones), agrémenté de quelques images d’archives bien trouvées, Shine a Light est juste un véritable bonheur pour peu qu’on soit amateur du groupe ou tout simplement de Rock n Roll. On a l’impression d’être sur scène avec le groupe grâce à la mise en scène de Scorsese qui ne multiplie pas les effets de style comme il l’avait fait sur The Last Waltz. Il reste discret, élégant, ne s’impose pas face aux artistes et filme le tout au plus près du groupe tout en imposant des travellings magistraux. Le seul ralenti du film montre Keith Richards cracher son mégot incandescent… c’est dire si c’est sobre! La scène est sublime au passage.

Les images sont magnifiques (tout en scope!!), la prestation des Stones est grande, avec des morceaux rares (As tears go by), des invités de qualité (Jack White toujours excellent sur scène, Buddy Guy le bluesman qui dégoute presque Richards dans une démonstration de guitare et Cristina Aguilera… étonnante tant elle se lâche pour tenir tête à Mick Jagger!). On sort de la salle avec le plein d’énergie et en ayant vécu une expérience musicale rare Un vrai bonheur pour cinéphiles par la performance assez bluffante du réalisateur pour immerger le spectateur dans le concert, et pour les mélomanes qui peuvent profiter d’une prestation géniale des Rolling Stones.

[box_light]Un concert sublime, un metteur en scène de génie pour le capter, un groupe de légende qui assure grave, voilà Shine a Light. Pas vraiment un documentaire mais plus une déclaration d’amour bien méritée, c’est l’occasion pour Martin Scorsese de rendre l’hommage ultime au groupe qui accompagne ses bandes originales depuis ses débuts au cinéma. Le résultat est autant un régal pour les yeux, le dispositif de caméras permettant des mouvements très amples et immersifs, que pour les oreilles. Scorsese n’est pas que le maître de la fiction, et il n’a rien perdu de sa maîtrise.[/box_light]

FICHE FILM
 
Synopsis

Martin Scorsese réalise son rêve de toujours : filmer les Rolling Stones, le groupe qui incarne le rock'n'roll à lui tout seul. Le gang qui a escorté toute son oeuvre. Cette rencontre cinématographique donne naissance au film musical événement : Shine a Light. De la préparation à la performance, entrecoupé d'images backstage et d'archives, 16 caméras et les plus grands chefs opérateurs internationaux captent l'énergie légendaire de Mick Jagger, Keith Richards, Charlie Watts et Ronnie Wood lors de leurs concerts au Beacon Theatre à New York. Shine a Light : dans l'intimité d'un groupe mythique et du plus rock'n'roll des cinéastes !