Pathfinder (Marcus Nispel, 2007)

de le 10/02/2009
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Il y a longtemps qu’on n’avait plus grand chose à se regarder niveau Heroic Fantasy au cinéma, l’expérience douloureuse de McTiernan sur le 13ème guerrier (on ne verra vraisemblablement jamais son montage original) y étant sans doute pour beaucoup… Mais l’allemand Marcus Nispel, qui a étonné son monde avec son remake de Massacre à la Tronçonneuse, est un réalisateur courageux et a essayé d’apporter sa pierre à l’édifice d’un genre difficile, tant l’ombre de Conan le chef d’œuvre de Milius, plane sur toute nouvelle tentative. On obtient un film malade, relativement raté mais pourtant très attachant.

Râté c’est normal tant la production a été chaotique… Délaissé par la Fox puis repris suite au succès de 300, « petit » budget pour un film de cette envergure (20M de dollars), tournage en extérieur pour apporter du réalisme (qui sera anéanti par de trop nombreuses incrustations en CGI aberrantes…). Gros bide au box office US qui n’a donné qu’une exploitation limitée en salles dans le monde, rumeurs de projections tests lamentables, tous les intervenants se sont peu à peu désisté de la paternité du film… Bref un vrai film voué à l’échec à cause des exécutifs.

Et pourtant le spectacle est bon, aussi surprenant que cela puisse paraitre!! Nispel est un réalisateur généreux ayant un regard d’esthète, visuellement son film est magnifique (merci aussi au chef op Daniel Pearl qui fait un boulot remarquable) et nous rappelle de vieilles illustrations de vikings, l’ambiance qui en ressort est fascinante et l’immersion dans le récit se fait facilement.

Mais c’est sans doute cette qualité qui devient le plus gros défaut du film, car Nispel semble avoir largement privilégié la forme sur le fond. L’histoire est des plus banales, s’inspire de tout ce qui a déjà été fait. La scène d’attaque du village pille celle de Conan sans en atteindre la puissance, on lorgne vers le dernier des mohicans et le 13ème guerrier mais sans émotions, sans se sentir impliqué.

La faute à un montage vraiment désastreux et à des acteurs laissés en roue libre. Le résultat est que Karl Urban est tout sauf charismatique (il se fait voler la vedette à chaque apparition de Clancy Brown), le montage serré empêche tout souffle épique et diminue l’impact des scènes d’actions qui semblent pourtant avoir un potentiel…

Vraiment dommage que ce film soit le résultat d’un manque d’implication de ceux qui l’ont fait. Le film passe à côté de son sujet, les personnages sont délaissés (à l’exception de l’indienne, personnage très fort) car pas assez approfondis, la mise en image est vraiment superbe mais amoindri par un montage pourri… Et pourtant ça reste un vrai plaisir, pour les thèmes présents et pour cette imagerie barbare, et aussi parce qu’on sent le grand film mutilé et on rêve de la réussite que ça aurait pu être.

FICHE FILM
 
Synopsis

Plus de cinq siècles avant que Christophe Colomb ne découvre officiellement l'Amérique, un drakkar viking aborda les côtes de ce continent sauvage. Entre les barbares du nord et les Indiens natifs, le choc fut effroyable, et seul un enfant viking survécut. Adopté par la tribu des Indiens Wampanoag, le jeune homme blanc désormais connu sous le nom de Ghost grandit et devint un redoutable guerrier. Quinze ans plus tard, alors que Ghost essaie encore d'oublier son passé, les Vikings reviennent, anéantissent sa tribu et mettent en péril la femme qu'il aime, Starfire. A nouveau seul rescapé et assoiffé de vengeance, Ghost va devoir mener le plus difficile des combats. Guidé par le Pathfinder, un puissant shaman qui voit en lui le futur meneur de son peuple, il va se lancer dans la plus spectaculaire des aventures...