Mi$e à prix (Joe Carnahan, 2006)

de le 28/04/2009
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Après avoir versé dans le polar très noir dans Narc (qui sera d’ailleurs l’influence majeure de la série The Shield), et alors que son premier long métrage Blood, Guts , Bullet and Octane est toujours invisible chez nous, Carnahan revient avec un film complètement fou, dans la lignée de Tarantino ou Ritchie (quand il faisait des bons films), du pur divertissement avec des personnages tarés, des situations pas possibles, des flics infiltrés, des agents du FBI, des mafieux italo-américains, des putes, des tueurs néo-nazis, un psychopathe mexicain, Ben Affleck, un garde du corps russe, des gros flingues, de la coke, des mensonges, des trahisons, des manipulations, et au milieu… une balance qui vaut de l’or et que tout le monde veut descendre, Buddy ‘Aces’ Israel. Mise à prix c’est joyeux bordel organisé, une petite merveille qui confirme tout le talent d’un bel espoir d’Hollywood.

Bordel car ça part quand même dans tous les sens, le scénario est des plus basiques mais la narration plus ou moins chaotique le transcende complètement. Organisé car finalement on est jamais vraiment perdu, c’est peut-être un des défauts du film, tout et absolument tout est expliqué. Le pseudo-twist de fin on le sent venir à des kilomètres mais un film comme ça c’est pas vraiment pour son scénario qu’on l’apprécie.

Même si du coup le message que voulait faire passer Carnahan (de son propre aveu, le film tout entier doit être vu comme une allégorie de l’intervention américaine en Irak…) ne se ressent jamais. Tout ce qu’on y voit c’est une bande hyper jouissive, c’est tout!

S’entourant d’un casting énorme dans lequel des débutants comme Alicia Keys ou des acteurs d’habitude mauvais (Ben Affleck et Ryan Reynolds) tiennent la dragée hautes à des pointures : Ray Liotta, Andy Garcia en particulier. Blindé de seconds rôles géniaux avec même les apparitions de deux figures de la série Lost, Mise à Prix cumule tous les clichés possibles pour faire de ses personnages une bande de cas sociaux hauts en couleurs comme on n’en avait pas vu depuis un moment. On sait dès la lecture du pitch que la réunion d’autant de tueurs sur une même cible ne peut qu’aboutir à un carnage et sur ce point là, Carnahan ne fait pas le radin!

Abandonnant la mise en scène sobre de Narc, il se lâche complètement ici en livrant un film qui visuellement par dans tous les sens aussi. Certains n’y verront que de la frime c’est sur, mais franchement c’est un plaisir de tous les instants. Et quand le rythme proche d’un Snatch disparait au profit d’un déchainement de violence phénoménal, c’est que du bonheur!

Flingues, mitraillettes, armes blanches, tronçonneuse… et même un fusil antichar impressionnant s’en mêlent dans ce qui restera comme un carnage absolument anthologique! Rien que de voir sortir les frères nazis de l’ascenseur, armés jusqu’aux dents avec leurs fumigènes, ça vaut le coup d’oeil!

Mise à prix peut décevoir par son aspect un peu bling-bling, surtout après la belle claque que constituait Narc. Mais on retrouve des thèmes qui semblent chers à son réalisateur, et si le tout manque d’émotion, le spectacle est carrément au rendez-vous. Drôle, violent, complètement fou, ce film c’est un concentré de fun, avec des personnages over the top, une galerie de bad guys qui fait plaisir, une bande son géniale et finalement une morale pas si con que ça. Ok l’idée première est râtée mais qu’importe, tant qu’il y a du plaisir… et là il y en a beaucoup!!!

FICHE FILM
 
Synopsis

Stanley Locke, directeur adjoint du FBI, envoie ses meilleurs agents, Richard Messner et Donald Carruthers, à Lake Tahoe. Ils ont pour mission de retrouver Buddy "Aces" Israel, un magicien louche de Las Vegas, et de le protéger de Primo Sparazza, un gros bonnet de la Mafia dont on dit qu'il a fait assassiner plus de 130 personnes. Buddy a en effet promis de donner à la justice des preuves contre Sparazza afin de sauver sa propre peau, et la Mafia offre un million de dollars pour le faire disparaître. Peu importe qui fait le boulot, du moment qu'il est abattu rapidement. Attirés par l'argent, mercenaires, assassins et tueurs à gages de tous horizons débarquent à Lake Tahoe.