Mes meilleures amies (Paul Feig, 2011)

de le 16/08/2011
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Alors qu’on croyait que 2011 serait l’année des comédies ratées, ou pas très drôles, ce qui revient au même, nous avions presque oublié qu’une production de Judd Apatow était prévue pour remettre un peu d’ordre dans tout ça, avant le très attendu Crazy, Stupid, Love. du duo génial Glenn Ficarra et John Requa. Ça s’appelle Mes meilleures amies, ça n’hérite pas d’une traduction débile (même si les demoiselles d’honneur du titre original ont cédé la place), c’est finement écrit et réalisé, c’est intelligent, ça va au bout de son concept, ça colle parfaitement au ton des productions Apatow habituelles et surtout, c’est DRÔLE. Et ça fait un bien fou de voir, au beau milieu d’une disette humoristique, une vraie comédie qui vient stimuler les zygomatiques quasiment du début à la fin. Alors oui, il y a du déchet, tout n’est pas rose, mais pour l’instant c’est la comédie de l’année. Et de très loin.

Et finalement ce n’est pas une véritable surprise que la réussite soit au rendez-vous, tout était réuni pour. À la réalisation Paul Feig est un habitué des séries TV de qualité, dont The Office et Bored to Death et au scénario Kristen Wiig, figure essentielle du Saturday Night Live, le vivier à talents des USA, ça ne pouvait qu’être bon. Et comme les meilleures idées sont toujours les plus simples, il y a quelque chose de tout bête qui fait l’essence de Mes meilleures amies. Une idée, un concept, aussi basique que génial, mais qui ne se suffit pas à lui-même et constitue ce sur quoi va se construire la force du film : opérer un changement de sexe au sein d’un modèle approuvé de comédie masculine. Ainsi malgré sa promo très girly, Mes meilleures amies n’a heureusement rien en commun avec un Sex & the City, voire même le Journal de Bridget Jones, il s’agit en fait assez clairement d’une version féminisée de Very Bad Trip, soit une synthèse de la comédie pré-nuptiale revue et corrigée avec une douceur et une sensibilité toutes féminines. Sauf que non, là non plus ce n’est pas le cas, car les filles de Mes meilleures amies n’ont rien des nunuches habituelles et s’imposent comme des anti-héroïnes ultra modernes tordant le cou à tous les clichés possibles toutes les vingt secondes. Et si le terme « hilarant » mis en avant sur l’affiche reste légèrement mensonger, il faut bien avouer que Paul Feig et Kristen Wiig ont réussi leur pari avec cette comédie qui frôle les deux heures et se déroule sur les chapeaux de roues. peu de temps morts, même si on pourra lui reprocher des séquences qui s’étirent parfois plus que de raison, sur un mode que favorise généralement Apatow. À savoir, diverses formes d’humour, du comique de situations au gag régressif, à passant par des dialogues évocateurs et sans refuser une bonne grosse dose de trash. Et ce pour emmener le film vers un dernier acte qui laisse volontiers la place à une émotion plus subtile, renouant avec une certaine idée de la comédie de moeurs au message plutôt sain plutôt que de la simple pitrerie. C’est ce qui peut gêner, car la force de Mes meilleures amies peut se résumer dans une longue séquence-modèle qui traduit totalement l’idée-même du film. Il s’agit d’un duel de microphones entre la meilleure amie et la nouvelle meilleure amie, une scène d’abord très drôle, puis pathétique, et enfin embarrassante. Par sa durée elle crée une véritable impression de malaise vis-à-vis des personnages, et dépasse donc le simple cadre de la comédie pour s’inscrire dans une illustration complexe des rapports humains, reposant à 100% sur la qualité d’écriture et le jeu des actrices.

Avec son scénario piquant, qui ne recule devant rien et va jusqu’à faire subir à ces pauvres films tous les outrages, les scènes d’essayage et de vol vers Vegas (autre filiation à Very Bad Trip intelligemment retournée) étant particulièrement gratinées, Mes meilleures amies s’impose comme une oeuvre à la fois très drôle, parfois méchante, mais surtout intelligente et qui sonne comme un coup de pied aux fesses de celles (et ceux, car il ne s’agit en aucun cas d’un film destiné uniquement au public féminin) qui se complaisent dans une existence d’objet sans vie. Et à travers la lutte intestine entre Kristen Wiig et Rose Byrne, toutes deux géniales, ou les exploits surréalistes de Melissa McCarthy (sorte de Zach Galifianakis au « féminin ») ainsi que toute une flopée de seconds rôles délicieusement dingues mais tous finement écrits, Mes meilleures amies est bien le bol d’air frais dont avait besoin la comédie US cette année.

FICHE FILM
 
Synopsis

Annie a la poisse. Son fiancé l’a quittée et son nouvel amant est un goujat. Lillian, sa meilleure amie, file quant à elle le parfait amour. Lorsqu’elle lui annonce son futur mariage, Annie oublie ses soucis pour se consacrer à son rôle de témoin et transformer les préparatifs en un moment magique et privilégié. Mais c’est sans compter sur les autres amies de Lillian, l’insatiable et athlétique dragueuse Megan, la candide Becca,l’ex-beauté Rita et l’ultra-snob Helen… toutes incontrôlables et décidées à donner de la voix pour imposer leurs choix dans l’organisation de l’enterrement de vie de jeune fille. Débute alors une délirante aventure…!