Le Royaume de Ga’Hoole – la légende des gardiens (Zack Snyder, 2010)

de le 14/10/2010
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Le réalisateur le plus bankable du Rated-R ((classification de la MPAA: les mineurs (17 ans et moins) doivent être accompagnés d’un adulte)) qui se met en tête de réaliser un film pour le jeune public sur la base d’une histoire d’aventure avec des chouettes qui parlent. Très honnêtement on pouvait douter de ce qui allait en sortir. Pourtant à la vue des premières images en 3D (car oui, c’est un nouveau film en 3D) il avait réussi à nous convaincre du potentiel de la chose, au moins sur le plan visuel. Mais il était toujours difficile de se faire à l’idée que le type énervé adepte des ralentis esthétisants à l’origine de l’Armée des Morts, 300 et Watchmen fasse un film pour les gosses. À l’arrivée c’est une surprise. Qu’on aime le travail du réalisateur ou pas, il convient de louer son sens aigu de l’image, la belle image de préférence, au risque de passer pour un poseur, ce qu’il est un peu c’est vrai. Pour la Légende des Gardiens il affûte son style comme jamais et ne tombe plus dans l’effet gratuit. Avec un récit assez linéaire et sans grande surprise, il vise juste et parle enfin à tous les publics. La surprise c’est que son film ne s’adresse pas tant aux enfants qu’au public ayant grandi avec une certaine vague de dessins animés dans les années 80, et en particulier les récits épiques et universels d’un certain Don Bluth, avec un goût prononcé pour la grande aventure et les valeurs légendaires. Il y a pire comme référence et une chose est sure, avec ce film pour enfants Zack Snyder fait évoluer son cinéma vers l’âge adulte, et ça c’est plutôt une bonne nouvelle.

En adaptant à sa sauce les 3 premiers volumes de la saga littéraire de Kathryn Lasky, Zack Snyder épaulé par les scénaristes John Orloff et Emil Stern trouve le matériau de base idéal pour illustrer ce que doit être le cinéma d’aventure pour le jeune public. À la manière de ses références du passé et présent (on a cité Don Bluth pour l’animation mais on peut très bien y ajouter des films tels que Willow, Legend ou même la trilogie du Seigneur des Anneaux) il signe là une grande aventure où les récits mythologiques alimentant les rêves et les discussions au coin du feu prennent vie tout à coup. S’il s’adresse aux enfants c’est bien entendu en adoptant le regard de Soren, jeune chouette qui rêve des fameux gardiens et auquel le spectateur jeune (ou moins jeune, il suffit de garder son esprit d’enfant) s’identifie immédiatement. Le jeune Soren représente l’espoir tout en étant le symbole de toute une culture du passé qu’il convient de ne pas laisser tomber dans l’oubli. Et comme les légendes vivent et s’alimentent par le vécu, il va en faire partie.

Alors bien sur on pourra adresse à la Légende des Gardiens tous les reproches du monde. Un récit qui recycle sans originalité l’éternelle lutte entre le bien et le mal, un certain manichéisme dans les caractères, une trame narrative mollassonne. Il y a du vrai là-dedans mais toutes proportions gardées n’oublions pas que le monumental Avatar n’apportait strictement rien en termes d’originalité narrative. Ainsi dans le Royaume de Ga’Hoole on va suivre une aventure extrêmement classique, celle d’un jeune garçon/chouette qui va se construire un avenir en rencontrant les mythes qui alimentaient son imaginaire, ou quand le monde des légendes prend vie et a même besoin de lui. Zack Snyder mise tout sur l’efficacité, ne s’éloigne jamais de sa trame principale en ne faisant interagir que peu d’éléments externes afin de garder un ensemble homogène. Toutefois si l’aventure fonctionne sans problème majeur et s’avère encore plus épique que prévu le film souffre de quelques confusions parfois. Ainsi dans les quelques scènes de combat, magnifiquement mises en scène au demeurant, il arrive qu’on ne distingue plus vraiment qui est qui ou qui fait quoi. De même il manque parfois de personnages en arrière plan pour vraiment donner l’impression d’une véritable guerre gigantesque, là on se demande parfois s’ils ne sont pas juste une dizaine à se foutre sur la gueule.

L’autre surprise c’est de trouver dans le Royaume de Ga’Hoole une pseudo-réflexion pas vraiment poussée mais tout de même présente concernant ceux qui sont appelés les « Sang-pur ». Snyder s’était fait taxer de raciste homophobe sur 300 et il met en scène des chouettes nazis, l’idée est assez cocasse et risque de ne pas vraiment parler au jeune public, là encore. Sur le plan visuel il apparaît clairement que Snyder s’est calmé alors que l’animation lui permettait toutes les excentricités possibles. Chaque ralenti tel qu’il les aime tant trouve ici une justification dramatique quasiment à chaque fois et il se fait tout de même bien plaisir à grands coups de plans qui tuent histoire de sublimer ce monde crée de toutes pièces. N’ayons pas peur des mots, le Royaume de Ga’Hoole est un objet de cinéma sublime du début à la fin, des films d’animation aussi « beaux » on n’en a pas vu beaucoup. Sinon les chouettes jouent également très bien… plus sérieusement l’animation est parfaite, le rendu des animaux juste bluffant et les performances vocales des acteurs en accord parfait avec l’ensemble. Non vraiment cette Légende des Gardiens est une grande surprise. À noter qu’une fois de plus le court métrage d’animation WB présent avant le film est une petite merveille.

[box_light]Avec le Royaume de Ga’Hoole – la Légende des Gardiens, Zack Snyder trouve un nouveau moyen d’expression qui lu va comme un gant. Certes il ne révolutionne rien et propose un récit classique qui emprunte avec bonheur à diverses mythologies mais il renoue avec une certaine idée du cinéma d’aventure qui s’était quelque peu perdue. En le prenant pour ce qu’il est, le film touchera non seulement sa cible, les plus jeunes, mais touchera la fibre nostalgique de tous ceux qui ont aimé et gandi avec certaines épopées animées du même genre dans les années 80. Et en plus c’est superbement mis en scène, on attend déjà la suite avec impatience.[/box_light]

FICHE FILM
 
Synopsis

Le film suit Soren, une jeune chouette fascinée par les histoires épiques que lui racontait son père sur les Gardiens de Ga'Hoole, une bande de mythiques guerriers ailés qui avait mené une grande bataille pour sauver la communauté des chouettes des Sangs Purs.