Hyper Tension (Mark Neveldine & Brian Taylor, 2006)

de le 23/07/2009
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Le cinéma d’action est-il devenu tout mou? Trop sérieux? A-t’il perdu toute son originalité? C’est la question que semblent s’être posés les créateurs de Crank. En réfléchissant bien, ils n’ont pas tord… le dernier gros film d’action vraiment jouissif depuis Die Hard 3 c’est quoi? Bad Boys II et depuis… plus grand chose. Et bien ces deux bonshommes, pour le premier film, nous ont sorti un truc assez hallucinant, qui prend tous les ingrédients qui constituent un bon film d’action moderne, surenchère, vulgarité, décharges d’adrénaline sauf que ces éléments ils ne les ont pas incorporés à un pitch traditionnel… c’est carrément ça la trame de leur film! Le résultat? C’est le truc le plus débile des années 2000 mais aussi le plus énorme, le plus jouissif, le plus fou. Et pour emmener tout ça, place au Transporteur en personne, Jason Statham. Un film qui ne recule devant rien.

En utilisant une esthétique de blockbuster US, à savoir de très belles images, avec peut-être 80% du film tourné en grand angle, Crank veut clairement en mettre plein les yeux aux spectateurs blasés. Changements d’objectifs, de filtres, cadrages aléatoires… les deux réalisateurs récitent toute leur grammaire cinématographique en expérimentant à fond, à des moments on aurait presque l’impression de voir du Tsui Hark sous exta tellement ça bouge! Alors bien entendu on en s’ennuie jamais, on n’en a pas le temps car le film avance à une vitesse comme on n’en voit jamais et on a l’impression que le générique de fin arrive cinq minutes après l’introduction…

Mais tout repose en fait sur l’idée de départ, un dérivé de Speed (si le bus roule trop doucement il explose) sauf qu’ici le bus c’est Jason Statham et si son taux d’adrénaline baisse de trop, son cœur s’arrête! En résulte une suite de scènes ininterrompue qui s’enchaînent à un rythme effréné sans jamais vraiment se calmer. Mais surtout c’est 1h30 qui vont être la scène d’une surenchère dans la violence et le n’importe quoi qui atteignent ici des sommets. Le taux d’adrénaline de Chelios ne doit pas baisser, le nôtre non plus, et sur ce principe tout y passe: conduite à des vitesses surréalistes, drogues en tous genres, bastons dans tous les sens… en gros la ville va subir la furie de ce type qui est quasiment mort et qui veut à tout prix faire sa justice…

Le sommet de tout ça, une scène en plein Chinatown qu’il faut voir pour bien se rendre compte à quel point les deux scénaristes ne reculent devant rien, le temps d’un « I’m Alive!!! » d’une vulgarité sans nom mais tellement punk que cela devient génial. Mais c’est tout le long comme ça, y’a des latinos, des chinois, un travelo, des flics dépassés et des blessés dans tous les sens… Chelios fait de la moto les fesses à l’air, s’envoie des litres de RedBull et de spray nasal… et profite d’une poursuite bien tendue en voiture pour que sa copine lui fasse une petite gâterie… c’est un grand n’importe quoi qui ne recule devant aucun excès, c’est génial.

Jason Statham est excellent pour le rôle, cet acteur est clairement le fils spirituel des Stallone et Schwarzenegger, avec un physique de brute et un sens de l’auto-dérision qui fait plaisir à voir, tous les autres acteurs font plus de la figuration qu’autre chose et sont stéréotypés au possible, Amy Smart est parfaite en gourde blonde de service…

Dans le genre du divertissement débile on peut difficilement faire mieux, aussi excitant que parodique, on atteint là des sommets jusque dans le final qui refuse tout happy end qui n’aurait de toute façon pas eu sa place… c’est de la pure connerie mais c’est vraiment trop bon car ça part dans tous les sens et que surtout ça ne recule devant rien!! Et on en redemande, c’est comme le Transporteur, mais sans ses défauts et qui va deux fois plus vite.

FICHE FILM
 
Synopsis

Chev Chelios est un tueur à gages qui n'a pas rempli un banal contrat : la veille, il a en effet raté sa cible. Et ce matin-là, Chev est réveillé par un coup de téléphone de bien mauvaise augure. A l'autre bout du fil, le malfrat Ricky Verona lui apprend qu'il a été empoisonné dans son sommeil et qu'il ne lui reste qu'une heure à vivre... Désormais, Chelios ne doit surtout pas rester immobile - sous peine de mourir d'un instant à l'autre : il lui faut stimuler son adrénaline pour empêcher le poison de provoquer un arrêt cardiaque. Dans une terrible course contre la montre, Chev parcourt les rues de Los Angeles, n'hésitant pas à affronter ceux qui osent se mettre en travers de sa route. Il n'a dorénavant d'autre choix que de trouver l'antidote lui permettant d'échapper à une mort certaine...