Fantastic Mr. Fox (Wes Anderson, 2009)

de le 16/12/2009
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Grosse surprise à l’annonce de la mise en chantier de ce film! Qu’un réalisateur de cinéma live passe à l’animation c’est déjà assez rare, mais alors qu’en plus il se lance dans le stop-motion, procédé extrêmement segmentant au niveau du public… il fallait oser! Surtout qu’à la base Wes Anderson n’est déjà pas le genre de réalisateur à s’adresser à la masse appelée « tout public ». C’est donc un objet bizarre auquel il s’attaque, une sorte d’expérience cinématographique qui part de l’adaptation du Fantastique Maître Renard de Roald Dahl (roman pour enfants tout aussi indispensable que Charlie et la Chocolaterie ou James et la Pêche Géante), adaptation plutôt fidèle soit dit en passant, mais qu’il arrange bien à sa sauce, avec sa mise en scène et son humour si particulier, tout en décalage.

Je ne suis pas encore tout à fait familier de l’univers de Wes Anderson dont je n’ai pour l’instant que vu, et adoré, la Famille Tenenbaum, un joyaux d’émotion et d’humour pince-sans-rire. Des caractéristiques qui semblent communes à l’ensemble de son œuvre, en fait il y a un parallèle qu’il est impossible de manquer avec l’acteur Bill Murray qui joue lui-même sur le même registre, un humour aussi efficace que complètement détaché, jamais forcé… ce n’est pas un hasard si ces deux-là se retrouvent à collaborer!! Fantastic Mr. Fox prend la même voie, mais la magie n’opère pas tout de suite, en effet il faut un petit moment pour entrer dans le film… la faute à cette animation en stop-motion qui personnellement me rebute assez souvent, les personnages n’étant pas suffisamment expressifs à mon goût.

fantastic-mr-fox1.jpg

Non pas que l’animation soit ratée, au contraire, malgré l’absence d’Henry Sellick qui a dû jeter l’éponge à cause de son Coraline, elle ne souffre d’aucun véritable défaut et nous convainc assez vite qu’il n’y avait pas vraiment d’autre solution pour adapter le roman à l’écran. C’est simplement que la technique en elle-même n’est pas forcément ce qui se fait de plus élégant en matière d’animation, à mes yeux. Pourtant, comme ce fut le cas cette année avec Mary & Max, passé un certain temps d’adaptation, on oublie la présence de ces êtres animés pour ne plus voir que de vrais personnages de cinéma, des mini héros qui vivent leurs petites aventures et tragédies comme d’autres en live chez Anderson dans ses autres films. De plus, cette forme d’animation sur un film complet est finalement logique après les passages animés de la Vie Aquatique

Quoi qu’il en soit, et peu importe le résultat, Fantastic Mr Fox est sans hésitation le film le plus ambitieux de son auteur qui peut enfin se débarrasser de tout décor naturel pour créer une épure visuelle qui correspond si bien à son univers. Et le Mr Fox en question n’a pas volé sa place au sein de l’œuvre du réalisateur, il est une sorte d’éternel adolescent, coincé dans la période de sa vie où il était quelqu’un, qui refuse catégoriquement son rôle de père, et va se créer des aventures complètement irréelles. Donner ce rôle vocal à George Clooney est un clin d’œil bien senti tant son côté planificateur/manipulateur rappelle Danny Ocean! De plus l’acteur le plus « what eslse » d’Hollywood possède ce côté naturellement cool et cynique dans la voix qui colle parfaitement à ce personnage de renard prétentieux!

Il y a par contre un point sur lequel Anderson décoit, alors que c’était un élément essentiel chez lui, les liens familiaux. Autant chaque personnage pris indépendamment est extrêmement bien écrit, intéressant, fouillé, autant l’idée même de famille est très mal creusée, en partie à cause de ce père de famille qui n’en est pas vraiment un… c’est sans doute un choix mais il est vrai que l’évolution est assez étrange. Après un autre point qui peut gêner également est l’inexpressivité des personnages, c’est un fait, sauf que c’est souvent de ce manque d’expression et de ces visages impassibles que naît l’émotion chez Wes Anderson, toute forme d’émotion d’ailleurs! C’est ce style qui fait le tri entre les amateurs de son cinéma et les autres… c’est ce manque de tout qui en fait la richesse et qui est si difficilement explicable, un simple plan sur un personnage qui ne dit rien peut nous faire rire aux larmes ou plonger dans la plus grande tristesse. A la condition d’y être réceptif, c’est virtuose!

fantastic-mr-fox2

Des regards vides qui en disent beaucoup, de l’aventure improbable, des personnages hauts en couleur, des péripéties surréalistes… on est bien chez Wes Anderson qui prouve qu’on peut garder son style tout en changeant de support. Car il aborde l’animation avec un vrai sens de la mise en scène, ose des plans serrés sur des visages, crée l’action dans l’immobilité, l’émotion dans l’absurde… c’est quand même très fort! Il enchaîne des moments graves avec des scènes carrément épiques, pose une forme de mélancolie sous-jacente, illumine l’ensemble de scènes absolument géniale (l’apparition du loup, superbe!), accumule les morceaux de bravoure et les références cinéphiles avec une influence évidente du western (merci à Alexandre Desplat qui impressionne une nouvelle fois) ou de la nouvelle vague (l’emprunt d’un morceau de la BO à la Nuit Américaine)… bref même si au premier abord le film déstabilise, le résultat est un mélange de comédie dépressive et burlesque, aussi drôle que tragique, merveilleux mais jamais facile dans le drame… et même si on peut déplorer que certains personnages soient sacrifiés, c’est au final une belle réussite et une belle surprise, toujours aussi peu accessible au spectateur qui a besoin de se faire guider dans l’émotion ressentie…

FICHE FILM
 
Synopsis

M. Fox, le plus rusé des voleurs de poules, sa femme, Mme Fox, Ash, son fils, le cousin Kristofferson et tous les autres animaux de la forêt défient trois odieux fermiers. Ils vont vivre la plus périlleuse et délirante des aventures.