We are 4 Lions (Christopher Morris, 2010)

de le 04/09/2010
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

À la question « Peut-on encore rire de tout? » le britannique Christopher Morris apporte une nouvelle réponse sous forme de grand OUI agrémenté d’un petit majeur tendu bien haut envers les bien pensants. Grand agitateur à la télévision pour le royaume de sa majesté où il a pondu des shows extrêmes et extrêmement drôles tels que Brass Eye ou the Day Today, il est considéré comme un terroriste des médias. Et pour cause, il ne s’impose aucune censure et aucun tabou. Personnage mystérieux, ses sujets traités au cour des années 90 et 2000 allaient de la pédophilie au suicide, en passant par la sodomie, le viol, les morts infantiles ou le sado-masochisme. Le bonhomme n’a peur de rien et ses satyres sont aussi cruelles qu’hilarantes, sous réserve d’accepter de rire de tout. Son premier long métrage Four Lions écume les festivals depuis quelques mois, encore une fois il aborde un sujet de société sensible avec le même bonheur et un second degré incroyablement drôle. Four Lions traite de l’islam et du terrorisme, c’est une bombe atomique qui ouvre l’Étrange Festival 2010 de la plus belle des façons, avec talent et irrévérence totale, on en redemande!

On le sait, dans le cinéma de genre la mode est au « mockumentary », genre plus ou moins crée par Cannibal Holocaust en 1980 et qui n’est rien d’autre qu’un faux documentaire. Pour les plus récents, les exemples vont du méprisable Paranormal Activity aux très bons [REC] et District 9. À chaque fois, horreur ou science-fiction. Les mockumentary à tendance comique sont bien plus rares, le plus culte restant l’extraordinaire C’est Arrivé près de chez Vous, monument d’humour noir et trash qui aura fait exploser un certain Benoit Poelvoorde. Four Lions s’inscrit dans cette veine drôle et méchante, brisant lui aussi une tonne de tabous. Politiquement incorrect jusqu’au bout de la barbe, le film s’amuse à suivre pendant 1h40 un quatuor d’apprentis terroristes arabes en Angleterre. Avec un humour directement hérité des Monty Python pour leur côté cruel jouant sur les clichés et pour un sens de l’absurde ultra maîtrisé, Chris Morris ne se refuse rien et nous récite le manuel du parfait wanabe a terrorist. Camps d’entrainement en Afghanistan, fabrication de bombes artisanales, planification d’attentat, tout est passé à la moulinette comique irrévérencieuse.

Très franchement il faut un courage certain pour aborder un tel sujet aussi frontalement, sans en faire le procès ou l’apologie, même s’il est clair que l’intégrisme est ici tourné en ridicule absurde. On y suit ces quatre abrutis, du genre tous vraiment très cons, dans leur parcours qui les mènera vers le but de toute une vie, un attentat au coeur de Londres. Et jusqu’à ce final tragicomique du meilleur goût, c’est une accumulation de gags juste géniaux et très méchants. Ed, Omar, Waj et Barry sont de gros blaireaux dont les idées les plus débiles fusent à la vitesse d’un tir d’Ak-47. Ces cons là réussissent à se convaincre les uns les autres qu’ils font réellement le djihad alors qu’ils ne sont soutenus par aucun mouvement terroriste (il s’en affranchissent lors d’une scène incroyable en Afghanistan). De l’enregistrement de revendications bidons à l’attaque londonienne déguisés en tortue ninja, clowns et autres figures enfantines, ils passent par toutes les étapes de leur apprentissage burlesque. À la clef des scènes énormes que n’aurait pas renié l’autre méchant anglais Sacha Baron Cohen. Humour raciste anti-juif, anti-gays, anti-Maroon 5, tout y passe. Et bon sang, comment ne pas exploser de rire quand le plus rasta du groupe s’entraîne à faire exploser un corbeau ou finit sa course au milieu d’un troupeau de moutons qui n’avait vraiment rien fait pour mériter ça. C’est un immense moment de comédie qui joue brillamment avec la controverse et n’a pas peur d’aborder un sujet clairement tabou, peu importent les conséquences.

Alors par contre, comme tout film de ce type appuyant ses ressorts comiques sur tous les clichés possibles et imaginables concernant les islamistes (et par extension les musulmans en général), Four Lions risque bien de faire grincer les dents des adeptes du premier degré. Difficile à saisir de quelle façons les musulmans justement vont le recevoir mais il est clair qu’ils auront besoin de prendre un certain recul pour rire de leur caricature. En effet on navigue assez proche de la controverse du journal Jyllands-Posten il y a quelques temps, rire de l’islam est devenu quelque chose de risqué car pour beaucoup la limite entre humour et racisme n’existe pas, ce qui est bien dommage d’ailleurs. Toutefois, dans le cas de Four Lions c’est plutôt les intégristes qui sont tournés en ridicule, ainsi que les autorités d’ailleurs. Finalement tout le monde en prend pour son grade! Chris Morris adopte la forme du documentaire, entre prises de reporter caméra à l’épaule et quelques utilisations de caméras de sécurité, l’ensemble se tient incroyablement bien, un peu comme un reportage de TV sur des terroristes amateurs.

Il est bien aidé par des comédiens extrêmement justes dans leurs interprétations, n’hésitant pas à pousser la connerie et la moquerie dans leurs derniers retranchements. Le ton parodique avec un sujet aussi limite touchant à la peur sécuritaire imposée par nos sociétés occidentales est carrément borderline par moment, mais voir un artiste oser aller aussi loin sans avoir peur de choquer les esprits étriqués et conditionnés par la morale foireuse du moment fait un bien fou, qu’on accroche à l’humour très british ou pas. Belle révélation en tout cas que ce pur moment de comédie déjantée et terriblement méchante.

[box_light]Alors que la peur de l’arabe post-11 septembre n’a toujours pas quitté l’occident, le trublion anglais Chris Morris se permet de tourner le sujet en dérision avec un talent phénoménal pour l’humour acide et la critique acerbe. Le bon mauvais goût de l’ensemble peut choquer les sensibles et les bien-pensants, le résultat est pourtant aussi intelligent que drôle et méchant. À consommer sans modération avec un kebab dans la main et une ceinture d’explosifs à la taille.[/box_light]

FICHE FILM
 
Synopsis

Animé par des envies de grandeur, Omar est déterminé à devenir un soldat du djihad en Angleterre. Avec ses amis, il décide de monter le coup décisif qui fera parler d’eux et de leur cause. Problème : il leur manque le mode d’emploi.