District 9 (Neill Blomkamp, 2009)

de le 17/09/2009
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Remarqué par Peter Jackson suite à ses courts métrages et ses publicités pour la Citroën C4 (qui se transforme en robot), Blomkamp, ancien technicien des effets spéciaux qui avait été choisi par le même Jackson pour mettre en scène l’adaptation avortée du jeu vidéo Halo, se voit donner l’opportunité de transformer son court métrage Alive in Joburg en un long et ambitieux film de SF. Avec un budget de 30M$, confortable mais qui lui laisse toute liberté, un tournage en Afrique du Sud et en Nouvelle-Zélande, il signe ni plus ni moins que ce qui est arrivé de plus beau au film d’anticipation depuis Les Fils de l’Homme. Un film tout aussi divertissant que n’importe quel gros blockbuster hollywoodien mais sans les mêmes contraintes, ni le même état d’esprit, et surtout beaucoup moins con. Tout le buzz crée sur internet avec une campagne marketing virale n’est pas démenti, District 9 est bien une immense réussite qui vient en deux heures renvoyer McG et Michael Bay (avec toute l’affection qu’on peut leur porter) dans leur bac à sable.

Si le propos n’a rien à voir avec le chef d’oeuvre d’Alfonso Cuarón, la filiation est pourtant évidente. Ce qu’on nous montre c’est un futur proche, voir même une réalité parallèle, des évènements tout à fait plausibles (si bien entendu l’arrivée d’un vaisseau extra-terrestre était une chose plausible…). Le film prend la forme d’un docu-fiction, procédé à la mode ayant donné lieu à deux franches réussites récentes (Cloverfield et [REC]) et surtout un procédé complètement en accord avec notre société dans laquelle les médias contrôlent absolument toute l’information et sont capables de faire avaler la plus grosse des couleuvres à un public qui a perdu la notion de remise en cause des choses… c’est donc un choix plutôt judicieux de la part du réalisateur que de pervertir ce système pour rendre son film le plus réaliste possible!

Rien n’est gratuit dans ses choix, ni ses choix de mise en scène, ni aucun détail. Car District 9 n’est pas un simple film de SF, à la manière de plusieurs perles du genre des années 70, il y a un sérieux propos social derrière tout ça. Alors certes on peut aller le voir en déconnectant son cerveau, on en aura pour son argent niveau spectacle car ça assure, mais ce serait passer à côté du message. Ainsi, le titre renvoie directement au sinistre District 6 de Cape Town, en Afrique du Sud (tiens, tiens!) où dans les années 70 pas loin de 60000 réfugiés furent expulsés de force par le régime de l’apartheid… Pour bien se différencier d’une production hollywoodienne classique, le vaisseau ne s’arrête pas au dessus de Washington mais de Johannesburg, une des villes ayant le taux de criminalité le plus haut du monde… et qui en 2008 a été le théâtre d’une vague de crimes racistes!

On touche là à un des thèmes principaux de District 9, le racisme. Dans cette réalité parallèle, les extra-terrestres ce sont des hommes chez nous, des étrangers, des réfugiés, appelés avec méchanceté « crevettes » à cause de leur aspect différent, qui sont parqués dans un lieu qui rappelle des sombres périodes de notre histoire, même actuelle. En prenant une différence aussi extrême le scénario exacerbe les tendances naturelles de l’homme à l’intolérance, à la cruauté et à la cupidité. Les E.T. sont mis de côtés, interdits dans les commerces, agglutinés dans des ghettos dégueulasses alors qu’ils n’ont pas fait preuve de la moindre hostilité… mais pourtant ils sont montrés comme l’ennemi naturel mais également comme l’opportunité de se développer grâce à leur technologie, leurs armes… la transformation de Wikus Van de Merwe fait de lui un chaînon manquant, un rat de laboratoire inattendu qui fait de sa traque la tombée de l’ultime rempart entre l’humanité et la bestialité.

La prestation de Sharlto Copley en Wikus est assez impressionnante. Lui qui semblait si inhumain voit revenir sa vraie nature au fur et à mesure qu’il la perd. Autour de lui les hommes sont des ordures soit avides de profit (les gouvernementaux) soit de sang (les militaires). Ce sont les extra-terrestres qui sont finalement les plus humains! Leur design est exceptionnel, ils sont extrêmement repoussant mais sont tellement bien animés (mélange de mécanique et d’images de synthèse) qu’ils font preuve de véritables émotions. Une fois de plus on en peut qu’applaudir devant le travail effectué par les gars de chez Weta, leurs bestioles sont intégrées à la perfection dans un univers de crasse et de poussière, c’est d’un réalisme incroyable!

Et si on n’est pas sensible à un sous-texte social de ce genre, reste un spectacle jouissif au possible. Du rythme, de l’action, quelques effets gores bien sympas, des armes inédites (de beaux clins d’œil au jeu Halo), une immersion totale dans la vie d’un ghetto extra-terrestre… et puis des gunfights bien violents. En mélangeant des images de plusieurs supports (news TV, caméras de surveillance, reporter, témoignages…), Blomkamp trouve le dosage parfait qui fait de son District 9 une petite bombe qui vient ridiculiser avec son budget pas si énorme un bon paquet de tentatives récentes. C’est sans doute la marque d’un futur grand réalisateur, on verra bien s’il confirme par la suite, mais dans tous les cas il signe là une perle de Science-Fiction, qui cite avec talent des références ultimes (les fils de l’homme, Alien, Aliens, la Mouche…) qui réussit autant à divertir qu’à faire réfléchir. Et rien que pour ça, on se situe des années lumières de ce qu’on a l’habitude de voir et on se doit donc de le saluer!

FICHE FILM
 
Synopsis

Il y a vingt-huit ans, des extraterrestres entrèrent en contact avec la Terre...Ces visiteurs d'au-delà des étoiles étaient des réfugiés et furent installés dans le District 9, en Afrique du Sud, pendant que les nations du monde se querellaient pour savoir quoi en faire...Depuis, la gestion de la situation a été transférée au MNU (Multi-National United), une société privée qui n'a pas grand-chose à faire du sort de ces créatures, mais qui fera d'énormes bénéfices si elle arrive à faire fonctionner leur extraordinaire armement. Jusqu'à présent, toutes les tentatives ont échoué : pour que les armes marchent, il faut de l'ADN extraterrestre. La tension entre extraterrestres et humains atteint son maximum lorsque le MNU commence à évacuer les non-humains du District 9 vers un nouveau camp, en envoyant des agents de terrain s'occuper de leur transfert. L'un de ces agents, Wikus van der Merwe, contracte un virus extraterrestre qui se met à modifier son ADN. Wikus est à présent l'homme le plus recherché de la planète, celui qui vaut plus qu'une fortune : il est la clé qui permettra de percer le secret de la technologie alien.Repoussé, isolé, sans aide ni amis, il ne lui reste qu'un seul endroit où se cacher : le District 9...