Barking Dog (Bong Joon-ho, 2000)

de le 19/02/2000
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Il s’agit là du tout premier long métrage de celui qui réalisera plus tard Memories of Murder (peut-être un des plus grands polars jamais réalisés), The Host (Film de monstre magistral sur lequel nous reviendrons bientôt), un segment de Tokyo! aux côtés de Michel Gondry et Leos Carax et dont le dernier Mother était présent à Cannes dans la sélection Un Certain Regard (mais qui n’a toujours pas de date de sortie en France…), il a aussi écrit le scénario de Phantom the Submarine, un bon petit film de sous-marin… en gros c’est un des réalisateurs majeurs apparus dans les années 2000 au niveau mondial, c’est donc toujours intéressant de se pencher sur son premier essai qui en apparence est une comédie un peu cruelle, voir bien noire parfois, mais qui comme ses films suivants cache un sous-texte social très engagé.

Le gros problème du film est que si la critique sociale d’un pays en pleine perdition « made in occident » est très réussie, il n’en est pas de même pour l’aspect premier, à savoir la comédie… alors certes il y a plusieurs scènes très drôles, comme l’histoire de Chauffage Kim, le lancer de chihuahua, la première poursuite qui se termine par un gag burlesque à mourir de rire… mais finalement on rit rarement aux éclats, au mieux on esquisse un sourire devant quelques perles d’humour noir mais sur ce point précis le film déçoit beaucoup…

Par contre il est clair qu’il dresse un portrait peu reluisant de la Corée du sud, avec son taux de chômage énorme, le non respect des règles, l’ambition à tout prix, la corruption des fonctionnaires, la recherche d’argent facile… et la tendance à la fainéantise et l’assistanat (ce en quoi le film nous parle aussi à nous européens). Il nous montre un couple comme on n’a pas l’habitude d’en voir, lui chômeur qui se complaît dans sa situation,  elle enceinte mais obligée de travailler et qui le domine en permanence sans qu’ils ne parlent jamais ensemble de leurs problèmes… et en parallèle on a ce couple d’amies avec Hyeon-nam, personnage rêveur et idéaliste qui cherche tout pour s’évader de la morosité de son travail…

Hyeon-nam et Yun-ju se ressemblent beaucoup mais il n’y aura qu’elle qui finalement réussira à s’échapper de ce quotidien, symbolisé par son entrée dans la forêt alors que lui se contentera toujours de l’observer de loin… Les deux interprètes principaux sont excellents, Lee Sung-jae faisant des merveilles en looser adepte du kidnapping et du meurtres de petits chiens dont les aboiements lui pourrissent la vie, Bae Du-na (The Host, Sympathy for Mr Vengeance) dont c’était le deuxième rôle après celui dans Ring Virus est déjà excellente et promène son visage d’étourdie super craquante avec une belle justesse.

S’il est encore loin du niveau de ses films suivants, Bong Joon-ho fait déjà preuve ici de cette volonté de prendre le spectateur à revers en lui balançant un discours qu’on n’attendait pas, il fait aussi déjà preuve d’une maitrise dans la mise en scène qui a de quoi impressionner, en particulier l’aisance avec laquelle il élabore ses plans séquences. Dommage qu’il ne maitrise pas autant l’humour noir, y’avait moyen de rendre le propos hilarant…

FICHE FILM
 
Synopsis

Yoon-Ju, jeune assistant d'université, mène une vie paisible avec sa femme enceinte. Mais une chose perturbe son existence : les aboiements incessants d'un chien de quartier...