Ces gangsters inoubliables du 7e art

de le 22/12/2016
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Les gangsters fascinent. Au cinéma ou dans la vie. On se surprend à les adorer malgré leurs torts, ces personnages sont toujours complexes mais très souvent attachants et romantiques. Les acteurs qui les incarnent ajoutent énormément de valeur à ces bad boys du 7e art. Retour sur ces gangsters inoubliables.

scarface filmosphere

Tony Montana

Petit voyou cubain qui mord le rêve américain à pleines dents, Tony Montana est devenu un mythe, peut-être le plus important dans l’inconscient collectif. Grâce à la performance hallucinée d’Al Pacino et la mise en scène extrêmement élaborée de Brian DePalma, Scarface s’est rapidement imposé comme une référence et son « héros » comme une légende, avec tous les inconvénients que cela a également pu engendrer. Tony Montana paiera cher son ascension fulgurante et ses excès, mais il a atteint l’immortalité.

parrain-2 filmosphere

Michael Corleone

Héritier de la famille Corleone alors qu’il aspirait à un tout autre destin, Michael Corleone est le pivot de la trilogie du Parrain de Francis Ford Coppola. Éduqué, réfléchi, mais capable des pires horreurs comme faire assassiner son propre frère, il est entré dans la légende de cette trilogie opératique, pièce maîtresse de tout un genre. Il y a chez lui cette opulence qui façonne les mythes et fait des hommes de pouvoir des symboles. D’autant plus quand le personnage est suivi de sa jeunesse jusqu’à un âge respectable. Il s’agit sans doute du personnage auquel Al Pacino a apporté le plus de nuances.

impasse filmosphere

Carlito Brigante

Le cas du héros de L’Impasse est assez particulier dans la mesure où le film nous le présente déjà comme une légende, son activité criminelle étant derrière lui. Mais il représente avant tout cette tragédie selon laquelle un gangster restera toujours un gangster, et paiera toujours ses actes de sa vie. Al Pacino y livre une prestation bouleversante, parvenant à créer cette aura autour d’un personnage cherchant à se ranger mais rattrapé par sa véritable nature.

affranchis filmosphere

Jimmy Conway

Si Les Affranchis semble s’articuler autour du personnage de Henry Hill, interprété par Ray Liotta, c’est pourtant Jimmy Conway qui tient en réalité le rôle principal. Tout en restant relativement en retrait, il est celui dont le destin extrêmement cruel est conté, cherchant à obtenir une distinction dans la mafia que ses origines lui interdisent, et ce par procuration. Il est le gangster paternel mais impartial, dont la sérénité cache un tempérament des plus explosifs.

king-of-new-york filmosphere

Frank White

Il n’est peut-être pas le plus connu mais son histoire vaut le détour. Magnifiquement interprété par un Christopher Walken dans un de ses plus beaux rôles, le King of New York est le symbole du gangster trop gourmand qui se brûle les ailes par ambition. Il sortait de prison et voulait devenir maire, rien ne s’est passé comme prévu et il a laissé derrière lui une traînée de cadavres, avant de les rejoindre. Evidemment, chez Abel Ferrara, personne ne s’en sort jamais vraiment.

ennemi-public filmosphere

Tom Powers

James Cagney est l’image du gangster dans les années 30. Dans L’Ennemi public, il interprète Tom Powers, inséparable avec son ami de toujours, Matt. Il est au centre d’une classique histoire d’ascension dans le milieu de la pègre, qui se termine logiquement dans un bain de sang. Un des gros points d’intérêt du film tient dans l’illustration des conséquences de l’activité criminelle sur les vies personnelles des gangsters, et en particulier leur famille.

incorruptibles filmosphere

Al Capone

Figure bien réelle, le légendaire Al Capone s’est retrouvé bien des fois incarné au cinéma. Une des plus mémorables restera son interprétation par Robert De Niro dans Les Incorruptibles où il règne tel une ombre sur toute la ville. Un vrai tour de force tant son apparence tend bien souvent à le ridiculiser. Mais le véritable « Scarface » et empereur de la prohibition est et restera cette légende des gangsters, sorte de sommet inatteignable.

dillinger filmosphere

John Dillinger

Avant d’être interprété par Johnny Depp chez Michael Mann, John Dillinger avait eu droit à l’interprétation incroyablement mimétique de Warren Oates dans le Dillinger de John Milius. Le gangster le plus important de la grande dépression méritait un tel écrin, tant le personnage, essentiellement braqueur de banques, fascinait les médias de l’époque autant qu’il a fasciné les réalisateurs qui s’y sont intéressés.