TOUS LES ATICLES
 

Blade Runner 2049 (Denis Villeneuve, 2017)

Au début de Blade Runner 2049, un détail très intéressant se dissimule dans les cartons textes in...

Song to Song (Terrence Malick, 2017)

Pendant musical de Knight of Cups, Song to Song décline une dernière fois un cycle malickien orga...

affiche de La La Land

La La Land (Damien Chazelle, 2016)

Damien Chazelle conclue sa trilogie du jazz avec une comédie musicale haute en couleurs mais manq...
Affiche de The Nice Guys de Shane Black

The Nice Guys (Shane Black, 2016)

Scénariste fondamental sans qui les années 90 n’auraient pas eu la même saveur, et réalisat...

My Life Directed by Nicolas Winding Refn (Liv Corfixen, 2014)

C’est la seconde fois que nous avons le privilège de pénétrer l’intimité du cinéaste ...

Only God Forgives (Nicolas Winding Refn, 2013)

Deux ans après Drive, bombe atomique qui aura eu le mérite d’imposer le nom de Nicolas Wind...

Gangster Squad (Ruben Fleischer, 2013)

Ruben Fleischer avait réussi avec Bienvenue à Zombieland un pari plutôt intéressant même si à moi...

Les Marches du Pouvoir (George Clooney, 2011)

George Clooney est un type agaçant, c’est un fait. Cette classe qu’il dégage même dan...

Drive (Nicolas Winding Refn, 2011)

Ce n’est qu’une confirmation, car il est soutenu ici depuis le début, mais Nicolas Wi...

Crazy, Stupid, Love. (Glenn Ficarra & John Requa, 2011)

L’année dernière le couple de réalisateurs Glenn Ficarra et John Requa frappait très fort a...